Minorités : l’impact de la crise

24 Juin 2021
312 lectures
Notez l'article : 
0
 

La pandémie de Covid-19 a eu un effet « sans précédent » et « profond » sur les droits, alimentant le racisme envers les minorités, tandis que « de nombreux enfants ont souffert », selon un rapport européen publié le 10 juin. La situation « a exacerbé des défis et inégalités existants dans tous les domaines, affectant en particulier les groupes vulnérables », relève l’Agence européenne des droits fondamentaux (FRA), dans son rapport annuel, déplorant des conséquences « durables ». Nombre des 27 pays membres de l’UE ont décrété des états d’urgence « accordant aux gouvernements des pouvoirs décisionnaires extraordinaires » qui ont limité « l’ensemble des droits humains », note l’étude, citée par l’AFP. Parmi les catégories en première ligne, les personnes âgées, les enfants, les Roms, réfugiés-es et migrants-es, ou encore les personnes en situation de handicap. Les femmes ont également été « touchées de manière disproportionnée », qu’il s’agisse de l’emploi, de l’équilibre vie privée-vie professionnelle ou de leur santé du fait de leur forte représentation dans les secteurs dits « essentiels ». Du côté des minorités, le rapport du FRA mentionne aussi un risque plus élevé de contaminations et de perte de travail. En outre, la pandémie « a provoqué une hausse des incidents racistes et xénophobes », souligne-t-il, évoquant « des insultes verbales, des cas de harcèlement, d’agression physique et des discours de haine ». « La maltraitance des enfants a également augmenté pendant le confinement et la quarantaine », ainsi que le nombre des affaires d’abus sexuels en ligne, ajoute le document, s’appuyant sur des éléments de l’agence européenne de police Europol. De manière plus large, les violences domestiques ont augmenté sur la période : en République tchèque et en Allemagne, le nombre d’appels aux permanences téléphoniques a ainsi bondi respectivement de 50 % et de 20 %, entre mars et juin 2020.  « Les gouvernements doivent mettre en place des structures durables pour lutter contre les inégalités, le racisme et l’exclusion », a commenté dans un communiqué Michael O’Flaherty, directeur de la FRA.