Mon-ma pharmacien-ne : quel rôle au quotidien ?

13 Novembre 2018
782 lectures
Notez l'article : 
0
 

Ces dernières années, les pharmaciens-nes ont vu évoluer le périmètre de leur activité. Depuis deux ans déjà, dans certaines régions de France, à titre expérimental, ils/elles participent à la campagne de vaccination contre la grippe… en vaccinant eux/elles-mêmes. Et ils/elles pourraient le faire également pour d’autres vaccins. Tout récemment, des députés-es de la majorité présidentielle avaient proposé dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale le principe d’une expérimentation « de la dispensation, par les pharmacies d’officine, de certains médicaments à prescription médicale obligatoire dans le cadre d’un protocole médical et de coopération ». Pour faire simple, des pharmaciens-nes auraient pu prescrire des médicaments jusqu’alors prescrits par les médecins mais les députés-es ont finalement rejeté la proposition. Quelle importance à votre pharmacien-ne dans votre parcours de santé ? Joue-t-il/elle un rôle de conseil, d’accompagnement ? Lui faites-vous totalement confiance ? C’est autour de ces questions qu’on vous propose d’échanger mardi 13 novembre, pendant le chat thématique, en compagnie de Diane-Seronet, dès 21 heures.

Commentaires

Portrait de Tom Sawyer

Introduction
8 personnes étaient réunies pour discuter du rôle du pharmacien dans leurs soins. Beaucoup d'échange sur le sujet, ce qui montre que celui-ci suscite un intérêt particulier pour l'ensemble des participants à ce chat thématique.
Diane, l'animatrice du chat, a articulé la discussion autour des points suivants :
- que pensons-nous de l'évolution du rôle futur des pharmaciens, notamment pour prescrire des ordonnances ou pratiquer la vaccination, contre la grippe par exemple?
- sur quels critères avons-nous choisi notre pharmacien? Allons-nous toujours à la même pharmacie? Est-ce notamment pour la confidentialité et éviter que plusieurs pharmaciens soient au courant de notre séropositivité?
- à part la discrétion, qu'attendons-nous de notre pharmacien? Et que peut-on craindre d'une éventuelle indiscrétion de notre pharmacien?

Donnons maintenant la parole aux participants, anonymes ou pas ....

luso
Le rôle de conseil du pharmacien est super important d'une manière générale. Il nous connaît bien malgré ses airs distants. Il faut toujours aller dans une seule et même pharmacie.
Ils ont l'historique de ce que l'on prend et peuvent nous alerter sur les contre-indications, nous aider dans l'automédication parfois. Il ont un historique, peuvent récupérer une copie de l'ordonnance perdue. Ils nous rendent plein de services. Faire aussi la vaccination anti-grippe? Pourquoi pas? Pour le patient c'est une facilité de plus. Mais du coup, les infirmiers vont se retrouver sans travail. Personnellement je préfère aller voir un infirmier sympa une fois an, mais c'est sûr que le vaccin à la pharmacie dans les zones médicales reculées, ça peut être un plus.
Je suis à Paris et dans mon quartier il y a profusion de pharmacies. Parfois je fais des infidélités mais pour des choses insignifiantes, ou de la parapharmacie moins chère ailleurs (brosses à dents, savons...), pour l'essentiel et le traitement VIH je garde mon pharmacien attitré, en ce sens oui il vaut mieux garder toujours le même pharmacien, et pas ces grandes "pharmacies-usine" ou vous n'êtes jamais reçu par la même personne, ça existe aussi.
Ca m'apporte quoi? La gentillesse, l'empathie, l'accueil, le professionnalisme, me sentir libre d'échanger sur tout. Vu l'excellent rapport qu'instaure cette pharmacie à taille humaine. J'ai pleine confiance dans mon pharmacien : il est compétent et à l'écoute. Comme quoi de bons rapports c'est important. D'une manière générale ils le sont tous discrets, notamment dans la délivrance des ordonnances, le mien très disponible et toujours à l'écoute.
Ceci dit, entre nous, nous sommes bons clients aussi, ils peuvent nous choyer.
Le jour où je suis rentré pour un pilulier, ils en avaient pas et le monsieur a passé un quart d'heure à m'en fabriquer un avec des petits boîtiers qu'il avait de réserve et, à l'aide d'un appareil de bureautique, il m'a fabriqué les lettres transparentes pour coller sur les petits casiers journaliers. Il a dû sentir que j'étais un client à 1000 € par mois (mais bon, tous ne le font pas).
Mon pharmacien me fait un cadeau une fois par an à Noël. Il me dépanne aussi pour des choses pour lesquelles parfois il faudrait une ordonnance, dans la mesure du possible bien sûr.
Il faut dire que dans les grandes villes c'est quand même très anonyme, alors que ça peut être gênant dans les petites villes ou à la campagne.
Je connais des gens qui vont dans des pharmacies loin de leur domicile. Longtemps moi-même j'ai retardé le moment de passer au retrait en ville préférant m'astreindre à aller mensuellement à la pharmacie de l'hôpital. Plus contraignant que d'aller à la pharmacie, d'autant que l'accueil en pharmacie hospitalière est horrible, pour ceux qui ont connu. En pharmacie hospitalière, on était une dizaine à patienter, pour le coup tous ceux qui étaient là venaient pour la même chose, parfois des connaissances. Jusqu'à une heure d'attente. Il fallait se tenir à carreaux pour pas se faire doubler, reçus par des fonctionnaires pas aimables qui regardaient la montre, trouver le dossier administratif, un cassé-tête, toujours mal classé dans les armoires rondes à tourniquets. Et la pharmacie de l'hôpital, c'est souvent au bout du couloir à l'extrémité du bâtiment voire en sous-sol. Autrefois on avait pas le choix : que les pharmacies hospitalières.

louplyonnais
Bien pratique le vaccin de la grippe dans sa pharmacie. Le rôle du pharmacien est important pour tous.
Notre pharmacien nous prévoit la trithérapie à l'avance et y sommes fidèles. Il a intérêt à vite la vendre surtout pour sa trésorerie.
Discrétion obligatoire, secret médical mais souvent nous choisissons pas la pharmacie où la famille y va.
Pour la trithérapie, oui j'ai choisit une où les connaissances n'y vont pas et pas besoin d'aller très loin. Pour un simple achat de pansements, là c'est dans n'importe quelle pharmacie.
Si j'y vais à l'avance c'est que je prévois de partir loin et longtemps, et elle me fournit toujours.
Je conçois qu'en campagne sous-peuplée on peut être gêné d'aller dans la pharmacie la plus proche et si on y est connu depuis l'enfance.
Que peut-on craindre de l'indiscrétion du pharmacien?  Pourvu que le pharmacien ne connaisse pas notre famille, des amis ou collègue de travail.

cbcb
J'ai toujours eu de bons rapports avec les pharmaciens, que ce soit en région parisienne ou en province. Sauf dans une pharmacie de Lisieux, dans laquelle je n'y suis jamais retournée.

Léo_
Après demander des choses qui relèvent de la compétence des médecins moi je suis contre. Déjà que les médecins ne sont pas dieux et qu'ils se trompent, remettre une telle responsabilité envers des pharmaciens qui ont moins d'années d'études bah non, et puis c'est pas légitime pour les médecins qui ont fait des études plus poussées que les pharmaciens, de se retrouver à un même niveau de responsabilité.
Une pharmacie dans laquelle on a l'habitude de se rendre, je vous rejoins sur le fait que c'est pratique quand on a oublié l'ordonnance. Car il la scanne dans l'ordinateur et il la retrouve quand il reste des renouvellements.
Je vais souvent à la même pharmacie pour la trithérapie. J'ai sympathisé avec tout le personnel sauf une.
Une fois je vais à la pharmacie pour chercher ma trithérapie, la pharmacienne me dit qu'elle vient juste de donner la dernière boîte au client juste devant moi : donc mon pharmacien n'a pas respecté le secret médical. Comme je disais, les pharmaciens ne sont pas des médecins, on ne peut pas leur confier les mêmes responsabilités : c'est comme si on disait à un enfant de 6 ans de prendre le volant. Niveau pharmacie j'ai l'embarras du choix : en général ils ont ma trithérapie en réserve et je n'attends pas.
Etant donné que des poursuites envers les pharmacien au niveau du secret médical ce n'est pas courant, par logique ils font moins attentions que les médecins.
En ce qui concerne la déontologie et le secret médical des pharmaciens : si un médecin faute, c'est vite relayé et on en fait une montagne, pour les pharmaciens non, donc du coup ils font moins attention.

Les Anonymes
J'ai confiance en mon pharmacien. Le mien fait dans la discrétion. J'ai choisit ma pharmacie, je vais toujours au même endroit, en haut de ma rue. J'y suis un peu chouchoutée : après tout je suis une rente. Quand je vais chercher ma trithérapie, mon pharmacien me fait un petit cadeau, gel douche crème ou parfum. Il m'arrange quand je n'ai pas l'ordonnance, ou quand il faut me donner un médicament sous prescription mais sans passer par le médecin.

Moi aussi ma pharmacie au plus près de chez moi. Depuis j'ai déménagé et je retourne à la même. Quand elles on bue les pharmaciennes parlent. Un jour une copine séropositive est sortie en soirée avec sa pharmacienne. Elle ne sait pas qu'elle est séropositive puisqu'elle va chercher ses médicaments ailleurs. Et elle lui dit : "tiens ce gars là est séropositif". Diane, pourquoi je parle des pharmaciennes? Parce que les femmes ne savent pas tenir leur langue, enfin certaines. Je vais toujours à la même pour éviter que trop de pharmacien(ne)s soient au courant. J'ai connu aussi la pharmacie hospitalière, je confirme, c'est horrible. Et en plus ce n'est pas plus discret qu'une pharmacie de ville. Il y avait mon nom sur mon dossier (en pharmacie hospitalière) pas très discret. Je me suis fait virer la dernière fois de la pharmacie de l'hôpital : ils m'ont dit "maintenant vous pouvez aller en ville on trouve vos médicaments en pharmacie de ville". Que peut-on craindre de l'indiscrétion des pharmaciens? Perdre un travail par exemple.

Pour conclure
Entre les pharmacies hospitalières, les pharmacies de campagne, les pharmacies de ville à taille humaine ou pharmacies usines, la tendance et la préférence penche plutôt pour des pharmacie de ville à taille humaine. L'argument prépondérant qui ressort pour ce choix est le possible manque de discrétion, mais la pharmacie doit garder une taille humaine de façon à pouvoir établir une relation intime et de confiance avec son pharmacien, particulièrement pour la délivrance des trithérapies. Nous apprécions que notre pharmacien connaisse nos antécédents, notre historique médical, nous conseille, et nous dépanne parfois pour certains médicaments même sans ordonnance.

La minute Tom
Veuillez m'excuser et me signaler si j'ai pu laissé traîner quelques phrases ou propos opposant pharmaciens et pharmaciennes au sujet de l'indiscrétion. De toutes façons selon l'académie française le débat ne se pose pas en ces termes, car le pharmacien, au masculin, est la personne qui exerce le métier, que ce soit homme ou femme. La pharmacienne est la femme du pharmacien, ce qui ne l'empêche pas de parler lol (je rigole les amis).
Léo je précise que Luso ne va pas à la pharmacie pour se rincer l'oeil mais uniquement pour acheter ses brosses à dents et ses savons. Luso est-il traumatisé par les armoires rondes à tourniquet : on ne le saura jamais.
Et qu'avons-nous appris : ben que certaines pharmacies délivrent parfois des échantillons de parfums qui ne figurent pas sur l'ordonnance. De nos jours cela ne me surprendrai pas que les parfumeries fassent aussi office de pharmacie, qui sait?

Bon sur ce, Diane et moi vous remercions pour votre présence et votre participation.
Bonne lecture et à bientôt pour le prochain chat thématique.