Monde : Covax à la peine

7 Juin 2021
256 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le système Covax, créé pour une distribution équitable des vaccins anti-Covid, a mobilisé mercredi 3 juin 2,4 milliards de dollars supplémentaires, annonce l’AFP. Problème, le dispositif reste plombé par le manque de doses disponibles qui l’empêche de fonctionner à plein régime. Les fonds (collectés lors d’un sommet virtuel co-organisé par le Japon et l’Alliance du Vaccin/Gavi) permettront à l’organisation d’obtenir 1,8 milliard de doses de vaccins pour les pays à faible revenu participant au mécanisme Covax. Les vaccins, qui seront livrés en 2021 et début 2022, permettront de protéger près de 30 % de la population dans 91 pays pauvres. Cela correspond à environ la moitié de la population adulte, selon Gavi. En outre, cinq pays se sont engagés à donner plus de 54 millions de doses de vaccin aux pays à faible revenu, notamment par le biais de Covax, ce qui porte le nombre total de doses partagées à plus de 132 millions. Au 31 mai, Covax avait livré 77 millions de doses dans 127 pays et territoires. Bien moins que prévu, pointe l’AFP. À la fin juin, il lui en manquera 190 millions, avaient averti ses organisateurs-rices le 27 mai. « Nous restons profondément préoccupés par les perturbations à court terme auxquelles nous sommes confrontés », a souligné un responsable de Covax. En attendant, la pandémie continue de faire rage dans certaines régions du monde. « Si nous voulons la réussite de Covax, il faut non seulement livrer des doses, mais livrer rapidement. Lors d’une pandémie, le temps est crucial : des millions de vies sont en jeu », a souligné le Dr Berkley, un expert. Les initiateurs de Covax cherchent à multiplier les accords avec d’autres fournisseurs et insistent sur la nécessité de rapidement faire des dons de flacons pour enrayer au plus vite la pandémie. « Des 1,8 milliard de vaccins administrés dans le monde, seulement 0,4 % ont été administrés dans des pays à faible revenu. C’est inacceptable d’un point de vue éthique, épidémiologique et économique », a relevé le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus.