Monkeypox : épidémie en baisse

23 Septembre 2022
212 lectures
Notez l'article : 
0
 

Dans son dernier point de situation concernant le Monkeypox, Santé publique France (SpF) confirme une tendance à la diminution des nouveaux cas. Au 12 septembre 2022, 3 833 cas confirmés ont été recensés en France, soit 112 cas supplémentaires depuis le bilan du 6 septembre. La région Île-de-France concentre toujours le plus grand nombre de cas (2 332, soit 61 %), suivie de l’Occitanie (308 cas), de la Provence-Alpes-Côte d’Azur (264 cas) et de l’Auvergne-Rhône-Alpes (246 cas) ; 20 cas résident à l’étranger. Comme depuis le début de l’épidémie, la très grande majorité des cas confirmés adultes recensés à ce jour concerne des hommes (97,9 %). La proportion de cas féminins augmente sur les dernières semaines, explique SpF. « Parmi l’ensemble des cas confirmés déclarés en semaine 36 (données non consolidées), 12,9 % sont des femmes (contre 5,7% en semaine 35 (selon les données consolidées), 7,5 % en semaine 34 et 5,8 % en semaine 33) ». Mais Santé Publique France nuance : « Le nombre de cas confirmés rapportés chez des femmes reste faible (maximum de 12 cas signalés en semaine 34 et en semaine 36), dans un contexte de diminution du nombre total de cas confirmés depuis plusieurs semaines. Ces données doivent donc être interprétées avec prudence ». Neuf (0,2 %) enfants de moins de 15 ans ont été déclarés comme cas confirmés. Concernant la sévérité des cas identifiés de Monkeypox, Santé publique France indique que — parmi les cas confirmés pour lesquels l’information est disponible  —, 81 (2,1 %) ont été hospitalisés du fait de leur infection, cette proportion reste stable dans le temps. Aucun décès n’a été signalé à ce jour, en France. « Ces données suggèrent que le pic de contaminations a eu lieu fin juin/début juillet et que le nombre de cas confirmés a tendance à diminuer depuis, mais pourrait se stabiliser », note SpF. Et l’organisme de santé publique de conclure : « Il faut néanmoins rester prudent car la période estivale a pu entrainer des retards au diagnostic et à la déclaration. De même, certaines personnes peuvent ne pas avoir eu recours aux soins ». Plusieurs autres pays, notamment en Europe, observent également un ralentissement, voire une diminution du nombre de nouveaux cas confirmés déclarés au cours des dernières semaines. Au 14 septembre, le site Monkeypoxtally recensait 58 766 cas confirmés et 19 décès dans le monde.