Mpox : les recos de l’OMS Europe

14 Mai 2023
1 198 lectures
Notez l'article : 
0
 

À l’approche des événements festifs et notamment des marches et grands rassemblements LGBTQUI+ du printemps et de l’été, l’OMS Europe appelle à la vigilance concernant le virus du Mpox (Monkeypox ou variole du singe). « Le nombre de cas de Mpox est désormais faible en Europe, mais des réintroductions en provenance d'autres régions pourraient entraîner une nouvelle résurgence », met en garde l’OMS Europe. Le nouveau document d'orientation de l'OMS Europe présente des considérations à l'intention des États membres sur la manière d'atteindre et de maintenir la maîtrise et l'élimination du Mpox. Dans un document de 32 pages publié le 25 avril, l’Organisation mondiale de la santé donne ses préconisations et un cadre aux pays européens pour l'élaboration de plans d'action nationaux de lutte contre l’épidémie. Concrètement, l’OMS Europe souhaite passer de la gestion de l’épidémie de Mpox à la programmation de sa prévention et de son contrôle pour l’éliminer. Pour cela, plusieurs préconisations sont données, dont notamment le fait d’« agir avec les communautés » concernées. En 2022, cette approche a permis d’élaborer une stratégie efficace auprès des personnes les plus exposées au Mpox et notamment les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH). Pour l’OMS Europe, les communautés doivent participer à l’élaboration de ces plans notamment via les associations de santé communautaire. Deuxième axe : l’accès à la vaccination (pré- et post-exposition) et aux dépistages intégrés à l’offre en santé sexuelle destinée aux populations concernées par le Mpox est la priorité. Pour rappel, le vaccin apporte un haut niveau de protection contre le virus du Mpox et il est très bien accepté. Pour trouver le lieu de vaccination le plus proche de chez vous. De son côté, l’ANRS | MIE a mis en ligne la mise à jour de sa veille scientifique. D’après les données de l’OMS, au 25 avril 2023 on comptait 87 113 cas de Mpox confirmés biologiquement dans le monde, ayant occasionné 130 décès. Les pays les plus touchés sont les États-Unis (30 152 cas dont 44 décès) et le Brésil (10 904 cas dont seize décès).