MSF s’oppose à Pfizer en Inde

18 Mars 2016
1 200 lectures
Notez l'article : 
0
 

Médecins sans Frontières (MSF) a déposé, vendredi 11 mars, en Inde une demande de rejet du brevet de la compagnie pharmaceutique américaine Pfizer sur le vaccin conjugué contre le pneumocoque (PCV13). L’organisation non gouvernementale espère ainsi favoriser l’émergence d’une version plus abordable du vaccin pour les pays en développement et les organisations humanitaires. "C’est la première fois que le brevet d’un vaccin (bio similaire) est remis en question par une organisation médicale, dans le but de permettre à des millions d’enfants supplémentaires d’être protégés contre la pneumonie", explique le communiqué de MSF. L’organisation rappelle que la pneumonie est la première cause de mortalité infantile, tuant près d’un million d’enfants chaque année. "Actuellement, seuls deux laboratoires pharmaceutiques, Pfizer et GlaxoSmithKline (GSK), produisent le vaccin, qui pourrait sauver un grand nombre de ces vies. Pfizer facture le PCV13 (commercialisé sous le nom de Prevenar) à un prix trop élevé pour de nombreux pays en développement et organisations humanitaires. Il coûte aujourd’hui soixante-huit fois plus cher qu’en 2001 de vacciner un enfant, d’après le rapport "The right shot", publié par MSF l’année dernière. Le vaccin contre la pneumonie représente à lui seul près de la moitié du coût de la vaccination d’un enfant dans les pays les plus pauvres". Un fabricant de vaccin en Inde, a déjà annoncé qu’il pouvait introduire un vaccin contre la pneumonie au prix de six dollars par enfant (pour les trois doses nécessaires) pour les programmes de santé publique et les organisations humanitaires telles que MSF. Il s’agit d’une réduction de près de moitié du prix par enfant le plus bas actuellement pratiqué, disponible uniquement pour un nombre limité de pays en développement via les financement institutionnels attribués à Gavi, l’Alliance du vaccin. L’opposition à une demande de brevet  — un droit offert aux citoyens au moment de l’examen de la demande de brevet — consiste à soumettre une analyse technique au bureau des brevets, afin de démontrer que tel aspect d’un médicament ou d’un vaccin ne mérite pas d’être breveté selon la législation indienne. "Après des années de négociations infructueuses avec Pfizer pour faire baisser le prix du vaccin dans ses propres projets, MSF s’oppose désormais à la demande de brevet en Inde, pour permettre aux fabricants qui projettent de produire le vaccin contre la pneumonie, de ne pas être confrontés à cet obstacle clef au moment du lancement d’une version plus abordable", indique MSF.