Nigel Farage juge la qualité des séropositifs étrangers

16 Octobre 2014
2 171 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le leader du parti populiste et europhobe UKIP a, une nouvelle fois, brillé pour son intelligence. Jeudi 9 octobre, Nigel Farage a suggéré l’interdiction d’entrer sur le territoire britannique pour toute personne étrangère séropositive. Ce dernier, coutumier de saillies haineuses et sans fondement, a (sérieusement) préconisé que le Royaume-Uni ne devrait accueillir que des "gens de qualité", et qui "n’ont pas le VIH". Une déclaration ahurissante et sérophobe qui a déclenché l’ire de ses opposants politiques comme des associations de lutte contre le VIH. La députée du Labour (gauche) Pamela Nash a ainsi fait par de son "dégout" face à une "discrimination flagrante". La Terrence Higgins Trust, une des principales associations de lutte contre le sida en Grande-Bretagne, a déclaré, elle, d’un flegme tout britannique, que le leader de UKIP avait atteint un "niveau d’ignorance inédit". Interrogé le lendemain par la BBC pour ses propos prononcés après la première victoire de son parti à une élection législative, il a aggravé son cas et prouvé son sens de l’hospitalité tout personnel : "Nous ne pouvons pas nous permettre que des personnes avec des maladies potentiellement mortelles soient soignées dans notre système de santé public" (sic).

Commentaires

Portrait de machoman

   Il faudra pourtant s'y préparer, l'économie est elle aussi un facteur , que dis-je , un élément qui devient maitre de la situation. Les gens qui seront sur un territoire seront soignés tant qu'ils y resteront, il y a des lois universelles sur la non assistance à personne en danger. En revanche, il faut bien s'attendre, si l'économie se dégrade , et si la géopolitique poursuit son chemin, ou Ebola, à voir des mesures désagréables apparaitre. Les gens seront renvoyés ou bloqués c'est une évidence. Un pays qui ne soignerait pas des malades étrangers contagieux irait droit dans le mur. Pour les maladies non contagieuses, un pays a les moyens de se passer d'humanité quand son économie est trop menacée. 

 Le sida n'est pas contagieux, il n'est que transmissible. La banalisation réelle de la maladie sida (( je ne parle pas de la banalisation de son image ) augmente mécaniquement , quel que soit le discours, les probabilités que des pays ne financent plus les soins aux séropositifs étrangers.

 

 Il serait bon de proposer une prise en charge supranationale , et par exemple en finir avec la disparité du prix des médicaments. Chacun sait que leur cout de production est faible, et il n'y a aucune raison que l'on fasse payer 1000 euros chez nous, comme seuls payants des amortissements d'investissement ou de financeurs des profits.

 Les séropositifs occidentaux paient pour les autres : plus exactement, ils ne paient rien grace à la sécu, mais on fait croire que leur traitement coute 1000 euros par mois à la société, alors que ce n'est pas vrai, c'est le résultat d'une présentation artificielle pour partager les couts entre les nations....