Nouvelle combinaison pour la Prep ?

1 Mai 2019
1 253 lectures
Notez l'article : 
0
 

Une combinaison de raltégravir (Isentress) et de lamivudine (Epivir), alternative efficace à la Prep (prophylaxie pré-exposition) à base de ténofovir/emtricitabine (Truvada) ? Une étude, présentée à la 25e Conférence annuelle de la British HIV Association (Bhiva), a fourni des données intéressantes à ce sujet. La docteure Julie Fox, du Guy's and St Thomas's Foundation Trust, a expliqué que l'association médicamenteuse supprimait complètement la réplication virale dans les tissus rectaux après deux jours de prise et après huit jours dans les tissus vaginaux. Dix-huit femmes et dix-huit hommes ont été répartis au hasard, pour recevoir soit le raltégravir seul, soit les deux médicaments (raltégravir + lamivudine), pendant sept jours. Après un mois, le traitement a été répété et les personnes ayant reçu du raltégravir seul ont reçu les deux médicaments, alors que les personnes ayant reçu initialement les deux médicaments (raltégravir + lamivudine) ont reçu du raltégravir seul. Les niveaux de raltégravir dans les secrétions rectales étaient très élevés. Ces taux ont persisté pendant au moins deux jours après l’arrêt du médicament, suggérant une absorption cellulaire. Les niveaux dans les secrétions vaginales étaient environ 100 fois plus bas. Les taux de lamivudine dans le rectum étaient encore plus élevés que ceux du raltégravir, mais ils ont diminué un peu plus rapidement à l’arrêt, alors que les taux dans le vagin n'étaient que dix fois inférieurs à ceux du rectum, mais ont persisté au moins cinq jours après l'arrêt. L'ajout de lamivudine a toutefois amené la protection optimale . Dans les cellules rectales, cela s'est produit au deuxième jour et est resté optimal pendant la prise de la Prep, tombant à 80 % quatre jours après l'arrêt. Dans le vagin, la protection n’était que de 65 % le second jour, mais elle est passée près de 100 % au huitième jour - et restait toujours à 100 % au douzième jour. Ces niveaux tissulaires et les niveaux de protection observés - avec une concentration rapide dans le rectum et une plus lente dans le vagin - sont similaires à ceux des études sur la Prep avec l’association ténofovir/emtricitabine (Truvada). Comme dans ces études, cela suggère que la Prep avec l’association raltégravir/lamivudine pourrait fonctionner avec une posologie en fonction des événements (à la demande) pour les hommes homosexuels, mais qu'une Prep quotidienne serait nécessaire pour les femmes, avec une semaine pour parvenir à une protection complète. L'étude fournit également des preuves précieuses que la lamivudine est effectivement susceptible de fonctionner aussi bien que l'emtricitabine, si elle est utilisée en Prep.