Nyxoid prend la suite de Nalscue

21 Août 2020
484 lectures
Notez l'article : 
0
 

À l'approche de la Journée internationale de sensibilisation aux risques de surdose le 31 août, c’est une nouvelle en demi-teinte : une nouvelle formulation de la naloxone en spray, le Nyxoid sera disponible en France. Il s’agit d’un traitement d’urgence des surdosages aux opioïdes, connus ou suspectés, se manifestant par une dépression respiratoire et/ou du système nerveux central. Les négociations entre l’industriel, la firme Mundipharma et le Ceps (comité économique des produits de santé), organisme attaché au ministère de la Santé, qui fixe les prix de remboursement des médicaments, ont abouti. Le prix du Nyxoid n’est pas encore connu. Le Nyxoid prendra le relais du Nalscue, dont le fabricant, la firme pharmaceutique Indivior a cessé la commercialisation en France. Les derniers stocks de  Nalscue (naloxone) arriveront à péremption en décembre prochain. Depuis l’annonce de l’arrêt de la commercialisation de Nalscue, AIDES et ses partenaires, notamment Médecins du Monde et la Fédération Addiction, se sont mobilisés-es pour qu’un spray nasal de naloxone soit disponible en France. Cependant, les conditions d’arrivée de Nyxoid sont loin d’être entièrement satisfaisantes : le laboratoire a annoncé que le produit ne sera disponible qu’à partir de l’automne 2021. Que se passera-t-il sur la période allant de fin décembre (fin des stocks de Nasclue) et l’arrivée du nouveau traitement ? ; contrairement au Nalscue, qui était disponible en Csapa (Centre de soins, d'accompagnement et de prévention en addictologie) et Caarud (centre d'accueil et d'accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogues), la délivrance pourra se faire en ville ou à l’hôpital, uniquement sur ordonnance. Les associations entendent poursuivre leur mobilisation à l'occasion de la semaine de la naloxone (du 31 août au 4 septembre 2020) pour faire avancer ce point ! En attendant de meilleures conditions, AIDES entend s’organiser sur la délivrance du Prenoxad, qui sera la seule forme de naloxone dispensable sans soignants-es et disponible pendant plusieurs mois.