Obstacle aux génériques : amende pour GSK en Grande-Bretagne

22 Février 2016
822 lectures
Notez l'article : 
0
 

L'autorité de la concurrence britannique a infligé, vendredi  12 février, une amende de 37 millions de livres au laboratoire pharmaceutique GSK pour avoir payé des fabricants de génériques afin qu'ils retardent la mise sur le marché de médicaments qui auraient concurrencé l'un des siens, explique l’AFP. GSK a contesté cette décision, qui lui coûte l'équivalent de près de 50 millions d'euros, et fait savoir qu'il envisageait de faire appel de cette condamnation. Les faits sont très anciens : 2001. Ils concernent un antidépresseur, dont la version commercialisée par GSK connaissait alors un grand succès commercial. Le laboratoire avait dans un premier temps entamé des poursuites judiciaires contre deux fabricants de génériques en faisant valoir la validité de ces brevets concernant ce médicament, puis, avant que le procès ne se déroule, il s’est entendu avec les deux génériqueurs sur un montant d’environ 64 millions d'euros afin qu'ils acceptent de retarder la mise sur le marché de leur version générique dudit médicament. "Ces accords 'paye-moi et je retarde' ont entaché la concurrence offerte par l'arrivée de médicaments génériques, et privé le NHS (service public de santé, ndlr) de la baisse des prix habituellement liée à l'arrivée de génériques", a fustigé la CMA (autorité de la concurrence britannique). L'amende infligée à GSK a été complétée par deux autres amendes, plus réduites, pour les deux fabricants de génériques qui avaient accepté l'accord. Le géant britannique a toutefois fait savoir son "désaccord" avec la décision de la CMA.