Omicron : taux d'hospitalisation plus faible

2 Janvier 2022
1 018 lectures
Notez l'article : 
0
 

Bonne nouvelle. Deux études menées en Grande-Bretagne (dont les résultats ont été publiés le 23 décembre) montrent que les infections dues au variant Omicron sont moins susceptibles de provoquer des hospitalisations par comparaison avec le variant Delta, confirmant une tendance d'abord observée en Afrique du Sud, explique l’AFP.  Ces études préliminaires — l'une venant d'Écosse, l'autre d'Angleterre — ont été saluées par les experts-es, qui se montrent néanmoins prudents-es et soulignent que le taux de transmission élevé du variant pourrait malgré tout résulter en davantage de cas graves. « Ce que nous disons, c'est que c'est une bonne nouvelle avec des nuances — avec des nuances parce que ce sont des observations précoces, qu'elles sont statistiquement significatives et que nous montrons un risque réduit d'hospitalisations », a dit un co-auteur de l'étude écossaise, Jim McMenamin, cité par l’AFP. La deuxième étude, issue d'Angleterre, a constaté une réduction de 20 à 25 % dans tout type d'hospitalisation pour Omicron par comparaison avec Delta, et une réduction de 40 à 45 % dans les hospitalisations pour une nuit ou plus. « Si la réduction du risque d'hospitalisation avec le variant Omicron est rassurante, le risque d'infection reste extrêmement élevé », a averti Azra Ghani de l'Imperial College de Londres, qui a co-écrit l'étude anglaise. « En ajoutant la dose de rappel, les vaccins continuent d'offrir la meilleure protection contre l'infection et l'hospitalisation ».  Aucune des deux études n'a encore été soumise à une évaluation par les pairs-es, mais elles viennent s'ajouter à des éléments de plus en plus nombreux sur Omicron.