OMS : grosse erreur sur le VIH en Grèce

7 Décembre 2013
842 lectures
Notez l'article : 
0
 

En septembre dernier, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) avait expliqué dans un rapport intitulé : "Etude sur les déterminants sociaux de la santé et la fracture sanitaire dans la région européenne de l’OMS" que la moitié des infections par le VIH recensées en Grèce étaient volontaires. L'organisation mondiale a publié (26 novembre) un communiqué afin de s'excuser pour cette "énorme erreur d'édition". Voilà ce qu’on pouvait lire dans le document de l’OMS concernant la Grèce : "Les taux de VIH et la consommation d'héroïne ont augmenté de façon significative, la moitié environ des nouvelles infections par le VIH étant volontaires afin de permettre aux personnes de recevoir 700 euros d'avantages sociaux par mois et l'admission plus rapide dans des programmes de substitution aux drogues". Ce chiffre n’est pas bon. L’OMS ne peut d’ailleurs citer aucune source confirmant l’existence d’injections volontaires. L'OMS tient néanmoins à préciser dans son communiqué que "la Grèce a signalé une augmentation significative (52 %) des nouvelles infections par le virus du sida entre 2010 et 2011, en raison principalement des infections chez les personnes qui s'injectent des drogues" et d’ajouter : "les causes de cette augmentation sont multiples".