Opiacés et indemnités

10 Mars 2022
1 041 lectures
Notez l'article : 
4
 
0

La firme pharmaceutique Johnson & Johnson et trois grands distributeurs de médicaments (McKessen, AmerisourceBergen et Cardinal Health) ont confirmé vendredi 25 février qu’ils allaient verser 24,5 milliards de dollars pour mettre fin à plus de 3 000 procédures engagées par des États américains et des milliers de collectivités dans la crise des opiacés. Dans un communiqué commun, cité par l’AFP, les distributeurs ont annoncé avoir déterminé de manière indépendante qu’il existait « une participation suffisante des États et des subdivisions politiques pour procéder à un accord complet » permettant de solder les poursuites judiciaires. Quarante-six des 49 États plaignants ainsi que le district de Columbia (Washington) et 90 % des collectivités engagées ont accepté les termes de l’accord, indiquent les entreprises. Les États de l’Alabama, de l’Oklahoma et de Washington ont, en revanche, refusé de participer à ce compromis, tandis que la Virginie occidentale a réglé ses différends séparément dans un accord antérieur. Les trois distributeurs se sont engagés à payer environ 19,5 milliards de dollars au cours des 18 prochaines années, l’accord prenant effet le 2 avril 2022. Pour sa part, Johnson & Johnson (J&J) va débourser jusqu’à 5 milliards de dollars. L’accord n’est pas synonyme « d’admission de la moindre responsabilité ou de fautes », a tenu à préciser dans un communiqué le géant pharmaceutique, qui rappelle également ne plus vendre d’opiacés sur ordonnance aux États-Unis. Bon, c’est une façon de voir : on ne sent pas coupable, mais on paie tout de même des indemnités. Début février, J&J et les trois distributeurs avaient annoncé qu’ils allaient verser 590 millions de dollars à des tribus amérindiennes victimes de la crise des opiacés, une somme qui s’ajoute aux 75 millions de dollars que devrait recevoir la tribu Cherokee selon un accord distinct. J&J a indiqué vendredi que les montants versés dans le cadre de ces règlements et d’autres accords seraient déduits des 5 milliards de dollars. La crise des opiacés, à l’origine de plus de 500 000 morts par overdose en 20 ans aux États-Unis, a déclenché une salve de litiges aux États-Unis émanant de victimes directes et de nombreuses collectivités (villes, comtés, Etats...). Le dossier n’est pas clos car d’autres distributeurs et fabricants sont mis en cause et certains États n’ont toujours pas obtenu d’accords qui les satisfassent.