Paris : quatre mois de prison ferme pour un agresseur homophobe

8 Mai 2014
656 lectures
Notez l'article : 
4
 

Un homme de 25 ans a été condamné (24 avril) à 12 mois de prison dont huit avec sursis pour avoir agressé deux homosexuels qui s'embrassaient dans la rue à Paris en mars dernier, explique l’AFP. L'homme s'est tenu la tête dans les mains en apprenant sa condamnation, rapporte l’agence. Il a ensuite été menotté par les gendarmes qui l'ont placé sous mandat de dépôt alors que sa mère fondait en larmes. "Je me soumets à la décision mais si on compare avec ce que nous avons vécu, ce n'est pas cher payé", a réagi l'une des deux victimes. "Pour lui, c'est quatre mois de prison mais pour nous ça va être très, très long", a-t-il ajouté. Lui et son compagnon ont été frappés à plusieurs reprises. D'après leur récit, l'homme, connu de la police et de la justice pour des violences et des affaires de stupéfiants, les a roués de coups en les traitant de "sales pédés" alors qu'ils s'embrassaient. Les deux victimes ont fait l'objet d'incapacité de travail de six et dix jours. L'un d'eux a eu des dents cassées et a toujours la vision troublée. Le procureur a évoqué "un acharnement extrême, un déchaînement de violence" de la part du jeune homme avant de demander au tribunal de le condamner à 12 mois de prison dont six avec sursis. La magistrate a également fustigé la lâcheté d'un chauffeur de la RATP qui a fermé les portes de son bus et a quitté les lieux pendant l'agression. "J'ai tenu des propos déplacés mais ce n'est pas une agression homophobe. C'est une réaction d'alcoolo débile", s'est défendu le jeune homme au tribunal. "Je voudrais présenter mes excuses, je ne suis pas comme ça", a-t-il dit aux deux victimes, alors que l'une d'elle lui tournait sciemment le dos, rapporte l’AFP. Pour maître Caroline Mécary, l'avocate de l'association SOS Homophobie, partie civile : "Il n'y a pas pire agression qu'une agression qui est liée non pas à ce qu'on a fait mais à ce qu'on est".