Partner : pas de contamination entre partenaires sérodifférents

8 Octobre 2016
4 333 lectures
Notez l'article : 
4
 
0

L’essai Partner, l’une des plus grosses enquêtes d’évaluation de l’efficacité du Tasp (traitement comme prévention), a rendu public, cet été, les résultats finaux de sa première phase. Publiés dans le journal de médecine "Jama", ces données confirment une fois de plus que lorsque la charge virale est supprimée (dite indétectable), il n’y a pas de contamination au VIH avec un partenaire séronégatif. Sur les 900 couples suivis pendant une à trois années, il n’y a eu aucune infection recensée, que ce soit chez des couples sérodifférents hétérosexuels ou homosexuels masculins. Cela dans le cadre de rapports non protégés par un préservatif. Les couples éligibles ont eu, en moyenne, 37 rapports non protégés par préservatif. Menée sur 75 sites, dans près de quatorze pays européens, l’étude Partner doit encore continuer, afin de confirmer, le même taux d’efficacité du traitement entre rapports anaux ou vaginaux. Neuf ans après les recommandations suisses présentées par le professeur Bernard Hirschel, la connaissance de cet outil pour mettre fin à l’épidémie qu’est le Tasp reste largement améliorable. L’étude Partner, par son ampleur et sa durée, apporte une nouvelle pierre dans la consolidation de cette véritable révolution dans la vie des personnes vivant avec le VIH. Mais aussi, comme stratégie majeure pour mettre fin à l’épidémie.