Pas d’asile pour les hommes seuls

20 Septembre 2023
965 lectures
Notez l'article : 
0
 

Restrictions. La Belgique, qui considère que son réseau d’hébergement de demandeurs-ses d’asile est saturé, a décidé de « suspendre temporairement » l’accueil des hommes seuls, a annoncé (29 août) la secrétaire d’État à l’Asile et la Migration, Nicole de Moor. Dans un communiqué, la ministre a expliqué « anticiper un afflux croissant de familles et d’enfants » cherchant refuge en Belgique, et vouloir « éviter absolument que des enfants se retrouvent à la rue en hiver ». « Ces derniers jours, le nombre de familles avec enfants qui demandent l’asile a fortement augmenté », a-t-elle ajouté. Nicole de Moor a de nouveau pointé du doigt le déséquilibre existant, selon elle, entre les différents pays de l’UE sur cette question de l’accueil des exilés-es et des demandes de protection internationale. « Notre pays fait plus que sa part depuis longtemps. Cela ne peut plus durer, car cette année, 19 000 demandeurs d’asile se sont fait enregistrer en Belgique, contre 1 500 au Portugal, un pays dont la population est similaire à celle de la Belgique », a souligné la secrétaire d’État. Elle a cité aussi la Suède parmi les pays enregistrant « très peu de demandes d’asile », alors que « la pression migratoire générale vers l’Europe a augmenté de 30 % » [en 2023 par rapport à la même période de 2022, ndlr], et que l’Allemagne est « en mauvaise posture ». En juin dernier, un accord a été conclu entre les 27 pays de l’Union européenne sur une réforme de l’asile, prévoyant notamment une solidarité obligatoire, mais flexible entre États membres dans la prise en charge des personnes demandeuses d’asile. Son adoption définitive doit encore faire l’objet de discussions entre les trois grandes institutions de l’UE (Commission, Parlement, Conseil de l’UE représentant les Etats membres).