Pas de discrimination par l'âge

22 Avril 2020
848 lectures
Notez l'article : 
0
 

La France va s'efforcer d'éviter toute forme de discrimination envers les personnes âgées ou fragiles dans la perspective du déconfinement progressif du pays à compter du 11 mai, a fait savoir 18 avril l'Élysée, indique l'agence Reuters. Comme l’Italie ou l’Espagne, la France a imposé un confinement du pays depuis le 17 mars pour restreindre les déplacements des personnes afin d’enrayer la propagation du nouveau coronavirus et éviter une saturation du système de santé. Ce confinement a été prolongé jusqu’au 11 mai, date à laquelle des écoles et des commerces devraient commencer à rouvrir, a indiqué le gouvernement. Des explications contradictoires ont été données ces derniers jours sur la situation des personnes âgées, particulièrement vulnérables à l’épidémie, à qui il pourrait être demander de rester confinées plus longtemps. Cela concernerait aussi les personnes atteintes de maladies chroniques. En déclarant, lors d'une audition, au Sénat que le confinement des personnes de 65 ou 70 ans pourrait se prolonger, le professeur Jean-François Delfraissy, qui préside le conseil scientifique chargé de conseiller le gouvernement, a suscité une polémique. « Le président de la République a vu monter le débat sur la situation de nos aînés après le 11 mai », a fait savoir l’Elysée dans une déclaration à Reuters. Emmanuel Macron « ne souhaite pas de discrimination entre nos concitoyens après le 11 mai, dans le cadre de la sortie progressive du confinement, mais en appellera à la responsabilité individuelle », a indiqué l’Élysée.