Pas de médaille pour Roselyne

28 Août 2008
586 lectures
Notez l'article : 
0
 
crocs.jpg

Act Up-Paris critique l'attitude de la ministre de la Santé qui peine à faire oublier son absence et celle de la France à la Conférence de Mexico. "Roselyne en Chine". "Roselyne et les chaussures roses". "Roselyne au pays des médailles". Roselyne va-t-elle détrôner Martine dont les palpitantes aventures font les délices des petites filles ? Pas sûr ! Ce qui est certain, c'est que la ministre de la Santé, absente de la conférence de Mexico pour cause de long séjour aux JO, ne fait pas un tabac chez les militants de la lutte contre le sida. Elle agace même. C'est le cas d'Act Up-Paris qui s'énerve des "paris de Roselyne Bachelot" qui s'est rendue, le 27 août, au dernier conseil des ministres avec des sabots en plastique roses aux pieds. Il s'agissait de tenir un stupide pari (pourquoi pas débarquer en speedo dans la cour de l'Elysée ?) fait à l'occasion des Jeux de Pékin. La ministre avait promis de se rendre au Conseil des ministres, chaussée de sabots en plastique roses si la France atteignait les 40 médailles aux JO. Cette sortie très médiatisée fait évidemment contraste avec l'absence remarquée de la ministre de la Santé à ce "moment essentiel de la lutte contre la pandémie" qu'est la Conférence internationale sur le sida. Act Up-Paris demande que Roselyne Bachelot "remplisse enfin avec sérieux son mandat de ministre de la Santé" et "que la France tienne enfin ses engagements en ce qui concerne sa contribution à la lutte contre la pandémie". Sur ce point, la ministre n'a pas lancé de pari !

 


Commentaires

Portrait de Zauberberg

Paradoxalement, le seul à avoir dénoncé, depuis Mexico, cette absence, c'est Jean-Luc Romero, pourtant UMP (ou ex) dont je ne partage pas les positions politiques mais dont je salue l'éthique, puisque c'est un mot à la mode sur ce site.

En effet, il s'est exprimé au téléphone, sur France Info, depuis Mexico, pour dénoncer cette incohérence sakozyenne. Je n'ai ni entendu ni Aides ni Act up qui ont pourtant accès aux médias quand elles le souhaitent. Sans doute la chaleur mexicaine a dû contraindre certains à des siestes réparatrices.

De la même façon, je me suis étonné que personne ou presque ne se soit offusqué de l'exclusion, à la Conférence Nationale sur le handicap, des représentants d'Act Up mais surtout des représentants d'Aides, association reconnue d'utilité publique. Mais je me suis aussi offusqué  du silence du pS notamment. Je me suis d'ailleurs commis de deux courriels, sur le site de l'Assemblée Nationale, pour dénoncer auprès du président du groupe PS et de François Hollande leur inertie complice et coupable. Evidemment, je n'ai pas eu de réponse. A ma connaissance, seul le Pc à l'Assemblée Nationale dont je ne suis pas non plus proche a violemment réagi à cette éviction. C'est cela aussi l'éthique !

Malheureusement, même sur le site de Aides, cette voie de fait du Président de la République n' occupait que la place d'un communiqué. Alors même qu'elle aurait dû appeler à une mobilisation de grande ampleur. Où est l'éthique ?

J'ai donc écrit au Président de la République pour lui signifier ma désapprobation concernant ces deux faits. Il m'a répondu en feignant de plates excuses pour les personnes concernées que cela aurait pu choquer mais en m'informant de sa nette résolution à revoir la manière dont la lutte contre le sida et le soutien aux personnes concernées est assuré en France, "au plus près de leurs préoccupations".

Attendons et voyons !