Pas d'immunité collective en 2021

19 Janvier 2021
585 lectures
Notez l'article : 
0
 

Les campagnes de vaccination s'accélèrent un peu partout dans le monde. La pression est d’autant plus forte dans les pays où apparaissent des cas de Covid-19 avec le nouveau variant identifié pour la première fois en Grande-Bretagne. Ces efforts notables dans le domaine ont néanmoins des limites. Ainsi, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a prévenu que « nous n'allons pas atteindre (...) l'immunité collective en 2021 ». Le déploiement des vaccins, quand il s'agit de milliards de doses, « prend du temps », a expliqué la responsable scientifique de l’institution, Soumya Swaminathan, exhortant à « faire preuve d'un peu de patience ». De son côté, le directeur de la Santé de La Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC), Emanuele Capobianco, a mis en garde contre un « potentiel faux sentiment de sécurité dû au déploiement des vaccins ».

Commentaires

Portrait de jl06

Non, la Chine n'a pas tout dit sur le coronavirus. En tout cas, pas immédiatement. C'est ce qu'affirme Human Rights Watch. L'ONG accuse Pékin d'avoir fait disparaître des rapports sur la maladie au moment de son apparition à Wuhan. Et d'avoir, par la même occasion, aggravé la situation.

En face, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) persiste et signe : le responsable des opérations d'urgence de l'OMS, Michael Ryan, réaffirme que la Chine a été transparente. « Il y a une différence entre ce qui arrive sur le terrain et ce que le système de santé est en mesure de détecter. Imaginez seulement : c'est l'hiver, il y a déjà la grippe en Chine... Arriver à voir qu'il y a quelque chose d'anormal dans un lieu bien précis n'a rien de facile. »

Même discours de la part du patron de l'OMS. Pour Tedros Ghebreyesus, la Chine n'a tout simplement pas pu mentir : « La Chine est le pays le plus connecté au reste du monde. S'il y avait eu une volonté de cacher quelque chose de la part des autorités, il y aurait eu beaucoup plus de cas à l'étranger. Parce que la Chine peut peut-être cacher ce qu'il se passe sur son sol, mais pas ce qu'il se passe dans d'autres pays. »

 

La réponse de l'agence ne varie donc pas. Elle ne commente d'ailleurs pas directement les accusations de Human Rights Watch, préférant insister sur la nécessité de lutter contre le coronavirus, déclaré ennemi commun. L'OMS a convoqué un forum d'experts pour rassembler toutes les connaissances sur le virus. Il doit avoir lieu la semaine prochaine à Genève.

 

elle ne mentione même pas les variants d'Afrique du sud ,Les variants du Brésil .....oui un forum a Genéve ...

faut bien  bouffé !

La le télé travail ne s,impose pas !