Pauvreté en France : un rapport édifiant

24 Novembre 2019
1 561 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le Secours Catholique-Caritas France a publié jeudi 7 novembre son Rapport statistique annuel État de la pauvreté en France 2019. Il y dresse des constats et y propose des analyses sur la précarité, issus de l’observation sur l'ensemble du territoire national de plus de 72 000 situations (sur les 1 347 500 personnes accueillies en 2018 par le Secours Catholique-Caritas France). Pour cette édition 2019, l'association a complété son étude d'une analyse de la situation des migrants-es en France et dans le monde et éclairé ses constats de propositions pour un accès à une vie digne permettant à tous de vivre ensemble en paix.  Dans cette nouvelle édition, le Secours Catholique alerte sur une « hausse de l'extrême pauvreté » et sur la « précarisation de plus en plus importante des migrants-es arrivant sur le territoire ». Voici quelques données : 56,4%  des personnes accueillies sont des femmes  dont 32 % des mères isolées. Les enfants représentent  46 % des personnes accompagnés. Le niveau de vie des ménages accueillis au Secours Catholique est de 535 € en médiane en 2018, soit 15 € de moins en euros constants par rapport à 2017.  Cette baisse s’explique en partie par l’accroissement de la part de ménages ne percevant aucunes ressources et, parmi eux, des ménages sans droit au travail.  Elle s’explique aussi par une baisse généralisée des ressources entre 2017 et 2018 dans tous les quintiles de niveau de vie. Dans ce contexte, le Secours Catholique s'inquiète particulièrement de l'impact de la mise en œuvre de la réforme de l'assurance chômage.  Le taux de chômage des personnes accueillies par le Secours Catholique est sept fois plus élevé que celui de la population France entière. Les chômeurs-euses indemnisés représentent un peu plus d’un adulte sur dix rencontrés, majoritairement des Français-es. La part des 50-59 ans parmi les personnes au chômage indemnisées est passée de 19 % à 24 % entre 2010 et 2018. La part de mères isolées est très importante : 28,6 % des ménages dont la personne de référence est au chômage indemnisé. La durée dans cette situation augmente au cours du temps, passant de 1,4 année en moyenne en 2010 à 1,8 année en 2018. La mise en œuvre de la récente réforme de l’assurance chômage, selon laquelle il faudra avoir travaillé six mois sur les 24 derniers, au lieu de quatre mois sur les 28 derniers, va entrainer rapidement une perte d’allocations chômage. De plus, la nouvelle méthode de calcul de l’allocation chômage, qui se base sur le salaire de référence pendant toute la période de travail plutôt que sur les seuls jours travaillés, jouera également négativement sur un niveau de vie déjà faible pour les personnes ayant eu des emplois précaires et des temps partiels avant le chômage. Le Secours Catholique fait le constat d'un vieillissement continu des personnes accueillies et l’augmentation progressive de la part des plus de 50 ans. Plus prononcé chez les femmes, ce vieillissement concerne essentiellement les ménages français dont l’âge médian a augmenté de 4 ans entre 2010 et 2018 (passant de 40 à 44 ans), tandis que la part des plus de 60 ans, dont 87 % sont des personnes isolées, a presque doublé en moins de 10 ans (14 % en 2018). « Bien que les plus de 60 ans restent toujours largement sous-représentés dans les accueils en comparaison de leur part dans la population générale, leur indice de fragilité augmente et traduit une précarisation continue des conditions de vie des seniors », indique le rapport.