Pauvreté : la lutte patine en France

17 Décembre 2011
1 625 lectures
Notez l'article : 
0
 
pauvrete.jpg

Le Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale (CNLE) et l'Observatoire national de la pauvreté et de l'exclusion sociale (ONPES) sont sceptiques quant à la capacité du gouvernement à atteindre son objectif de réduction d'un tiers de la pauvreté en France à l'horizon 2012. En 2007, Nicolas Sarkozy avait promis de faire baisser le taux de pauvreté d'un tiers d'ici la fin de son quinquennat. Cette promesse ne sera pas tenue. Les deux organismes remettent en cause l'efficacité des dispositifs en place et se sont du souci sur la pauvreté des enfants et l'intégration des jeunes, notamment dans l’emploi. "Même si beaucoup de choses ont été faites, les résultats ne sont pas à la hauteur des attentes", a déclaré (5 décembre) le député UMP Etienne Pinte, président du CNLE lors d'une conférence de presse. Quelles actions doivent encore être menées pour réduire la pauvreté ? Ces deux instituts demandent, entre autres, une revalorisation du revenu de solidarité active (RSA) et la mise en place d'un "nouveau plan de cohésion sociale". Le CNLE, dont la mission est notamment de proposer aux pouvoirs publics des moyens de lutte contre la pauvreté et l'exclusion, recommande une augmentation de 25% du RSA socle sous cinq ans, et une mobilisation en faveur de l'emploi des jeunes. Par ailleurs, il attire l'attention du gouvernement sur la difficulté d'accès aux soins de certains groupes de la population, avec le non-recours de 20% des personnes concernées par la couverture maladie universelle (CMU), et 45% de celles concernées par l'aide médicale d'Etat (AME). En 2009, 13,6% de la population française était considéré comme pauvre précise "L’Express" (5 décembre), c'est-à-dire vivant avec moins de 954 euros par mois pour une personne seule. Les familles monoparentales et les familles nombreuses sont les plus touchées. Les moins de 25 ans ont également en première ligne : ils représentent moins du tiers de la population, mais plus de 42% de la population pauvre.