Pénurie de pharmaciens-nes ?

29 Septembre 2022
221 lectures
Notez l'article : 
0
 

Près d'un tiers des places en deuxième année d'études de pharmacie ne sont pas pourvues à la rentrée, ce qui laisse craindre aux syndicats et à la profession une « désertification » du milieu pharmaceutique dans les années à venir, selon un communiqué publié le 22 septembre.  Quelque 1 100 places sont encore vacantes sur les bancs des 24 universités de pharmacie françaises, un chiffre en hausse de 550 % par rapport à la rentrée précédente, selon l'Association nationale des étudiants de pharmacie de France (Anepf).  En 2021, le nombre de places vacantes s'élevait à 163, précise Romain Gallerand, porte-parole de l'Anepf. Ce constat met en lumière « l'application inégale de la réforme de l'entrée dans les études de santé » selon les universités, regrettent dans un communiqué commun l'Anepf, le Conseil national de l'Ordre des pharmaciens, ainsi que les principales fédérations et unions de syndicats des pharmaciens et des entreprises du médicament.