Philippe Vigier et le droit au séjour pour soins

6 Juin 2012
616 lectures
Notez l'article : 
0
 
Philippe_Vigier.jpg

Député sortant Nouveau Centre d’Eure-et-Loir, Philippe Vigier fait de nouveau campagne dans la 4ème circonscription de ce département où il a été élu pour la première fois en 2007. AIDES a interpellé ce député qui est aussi médecin sur le droit au séjour pour soins. "Je tiens à souligner que les modifications du droit au séjour pour soins intervenues en juin 2011 ne constituent pas à mon sens une restriction mais un encadrement : une évaluation médicale est, en effet, réalisée pour savoir si le patient peut être soigné dans son pays d’origine. Si cette expertise fait ressortir que ce n’est pas le cas, le patient continue de pouvoir être pris en charge en France. Je reconnais toutefois que l’ajout d’une clause "humanitaire" me semble imprécise juridiquement et peut conduire à des décisions mal-fondées. Aussi, je pense qu'il convient de mieux préciser le dispositif pour bien l'encadrer et éviter des décisions arbitraires. Cela pourrait éventuellement se faire rapidement par le biais d'un amendement", indique le candidat du Nouveau Centre. Aides lui a aussi demandé si le député (en cas de réélection) s’engagerait dans le groupe d’études sur le sida à l’Assemblée Nationale. "En ce qui concerne le groupe d'études sur le VIH/sida, il me semble tout à fait essentiel d'inscrire son action au-delà de la présente législature. Les priorités doivent être le soutien aux politiques de prévention et de recherche. J'ajoute que le groupe Nouveau Centre, auquel j'appartiens, avait proposé, au cours de la législature d'instaurer une taxe sur les transactions financières dont une part du produit serait affectée à la recherche contre l'épidémie du sida. Je suis naturellement prêt à devenir membre actif de ce groupe d'étude pour mener des actions de mobilisation contre le VIH/sida", indique le député sortant.