Plus d'un Français sur trois s'est déjà senti pauvre

23 Septembre 2017
3 368 lectures
Notez l'article : 
0
 

Ne pas pouvoir se soigner, s'alimenter sainement... En 2017, plus d'un Français sur trois s'est déjà senti pauvre selon le dernier baromètre Ipsos-SFP (Secours populaire) publié le 14 septembre, explique l’AFP. Ainsi. 37 % des Français interrogés ont déclaré avoir connu "une situation de pauvreté". Ils considèrent qu'une personne seule est pauvre quand elle gagne un revenu mensuel inférieur ou égal à 1 113 euros. A noter que l'Insee considère, lui, le seuil de pauvreté monétaire à 1 015 euros par mois, seuil égal à 60 % du niveau de vie médian de la population. De son côté, le Secours populaire pointe un contexte de précarisation de la société où un peu plus du tiers des personne sondées déclarent que leurs revenus leur permettent juste de boucler leur budget et où 19 % vivent à découvert. Près d'un Français sur deux reconnaît avoir du mal à partir en vacances au moins une fois par an, 43 % à accéder à des biens ou des activités culturelles. Viennent ensuite la santé et le logement. 39 % des Français affirment avoir des difficultés à régler certains actes médicaux mal remboursés par la sécurité sociale ; un peu plus d'un tiers à payer leur loyer, leur emprunt immobilier ou les charges de leur logement. Le Secours populaire pointe également la précarité grandissante des seniors, avec une augmentation de près de 50 % des demandes d'aides, venant particulièrement des femmes de plus de 60 ans. A l'instar du reste de la population, un peu plus d'un tiers des seniors s'est déjà senti pauvre. Chez les plus modestes (moins de 1 200 euros par mois), 40 % disent ne pas pouvoir se procurer une alimentation saine permettant de faire trois repas par jour. Cette précarisation inquiète fortement les Français : 84 % pensent que leurs enfants ont plus de risques qu'eux de connaître la pauvreté. "De plus en plus de Français sont confrontés à une immense détresse", regrette Julien Lauprêtre, président du Secours populaire, interrogé par l'AFP, qui appelle à plus de "solidarité" plutôt qu'à davantage d'"assistanat" face à cette situation. 

Sondage réalisé par téléphone du 23 juin au 1er juillet 2017 auprès de deux échantillons, un de 1 005 personnes âgées de 15 ans et un second de 277 seniors permettant de disposer de 565 constituant un échantillon représentatif de la population française âgée de 60 ans et plus.