Politique et obligation vaccinales en population générale

28 Septembre 2014
535 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le 10 septembre 2014, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a publié un avis sur la politique vaccinale en France comportant une réflexion sur l’"obligation vaccinale en population générale". La HAS y rappelle d’abord que "la vaccination est l’action de santé publique la plus efficace", à la fois pour son "effet de protection individuelle", mais aussi pour son "intérêt collectif, car, pour nombre de vaccins, elle permet de protéger les personnes qui ne peuvent être vaccinées". En Europe, deux pays (la France et l’Italie) ont encore des obligations vaccinales. Le HCSP s’est intéressé à la situation française dont les obligations vaccinales actuelles sont limitées aux enfants et la crainte de voir chuter le taux de couverture vaccinale des vaccins obligatoires comme celle des vaccins recommandés. A l’issue de ses travaux, le Haut conseil estime que "le maintien ou non de l’obligation vaccinale en population générale relève d’un choix sociétal méritant un débat que les autorités doivent organiser". Si on maintient le principe que certains vaccins sont obligatoires : il faut réviser leur liste et que cela fasse l’objet d’un nouvel avis du HCSP. Par ailleurs, il faut que les "autorités compétentes définissent un statut juridique pour toutes les vaccinations inscrites au calendrier vaccinal", enfin "toute modification du régime des obligations devra s’accompagner d’une forte communication des autorités de santé mettant en exergue l’intérêt à vacciner et les risques de la non‑vaccination". Pour le Haut Conseil, le dispositif public de vaccination actuel est "complexe, illisible et inégalitaire". Fermez le ban ! Dans le contexte actuel, la réorganisation de "l’offre publique de vaccination" doit se fonder sur la "gratuité", la "maîtrise des coûts" et la promotion des "centres publics de vaccination".