Prep : les activistes américains veulent casser le brevet

26 Juillet 2018
1 427 lectures
Notez l'article : 
0
 

Les activistes américains ont lancé une nouvelle campagne de plaidoyer pour améliorer l’implémentation du traitement préventif contre le VIH. La coalition PrEP4all (Prep pour tous, ndlr) a lancé le hashtag #BreakThePatent ("Cassons le brevet"). Ils tiennent pour responsable l’industrie pharmaceutique et plus particulièrement Gilead de ne pas jouer le jeu en maintenant des prix élevés empêchant un passage à l’échelle quant à l’accès à la Prep pour celles et ceux qui en ont le plus besoin. Aux États-Unis, le laboratoire Gilead maintient son monopole sur le Truvada, seul médicament reconnu, testé et autorisé depuis 2012. Les brevets des deux molécules ont expiré, mais un brevet d’un autre composant court jusqu’en 2021. Pour les activistes, le laboratoire est dans une stratégie argent contre délai, en poursuivant les fabricants de génériques et en suspendant donc les médicaments moins chers à une décision de justice. Le prix actuel ne rend pas tenable la prise en charge par le système de santé américain du coût de la Prep pour les plus précaires. Les activistes défendent notamment les chiffres du CDC de début d’année, qui montrent l’écart béant entre le nombre de personnes effectivement sous Prep (125 000 aux États-Unis) et le nombre de personnes éligibles (1,2 million d’Américains). Et cet écart est particulièrement fort pour les hommes gays noirs ou latinos, les femmes et les personnes usagères de drogues, qui sont également discriminés pour ce qu’ils sont. L’accès à la Prep pour eux est donc également un enjeu de lutte contre les discriminations.