Prep : les CDC prennent une nouvelle initiative aux Etats-Unis

19 Mai 2014
5 479 lectures
Notez l'article : 
5
 

Les autorités sanitaires américaines (Centres de contrôle et de prévention des maladies ou CDC) recommandent l'utilisation de médicaments antirétroviraux de façon préventive contre le VIH/sida (on parle de "Prep" pour pre-exposure prophylaxis) pour tous les groupes exposés au risques d'acquisition du VIH, notamment les homosexuels. La position des CDC sur l’intérêt préventif du traitement est connue, elle est l’objet, cette semaine, d’une nouvelle initiative en faveur du Truvada, utilisé à usage préventif auprès des populations considérées comme particulièrement à risque dans l'espoir de réduire le nombre de nouvelles infections. Truvada est le seul antirétroviral autorisé en 2012 par l'agence fédérale des médicaments (Food and Drug Administration, FDA) à titre préventif. Selon les CDC, jusqu'à 500 000 Américains pourraient bénéficier de ce traitement à titre préventif contre seulement 10 000 actuellement. Les assurances maladies le prennent en charge, indique l’AFP. Les nouvelles directives des CDC (accessibles en anglais) concernent principalement quatre groupes : les homosexuels qui ont des difficultés avec les outils classiques de prévention, les hétérosexuels ayant des partenaires à hauts risques, par exemple des personnes consommatrices de drogues par injection, les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes, ainsi que les personnes vivant dans des couples sérodifférents. Sont aussi concernées les personnes consommatrices de drogues par injection. Les CDC recommandent de réaliser un test de dépistage avant de commencer ce traitement et de le faire régulièrement (tous les trois mois) ensuite. Cette initiative des CDC se fonde sur un constat simple : le nombre de nouvelles infections ne change pas depuis vingt ans aux Etats-Unis, avec 50 O00 nouveaux cas chaque année. La position des CDC fait débat entre chercheurs et certains activistes. "Je pense que ces directives des CDC sont une bonne idée (...) car nous avons besoin de toutes les formes de prévention possible, et ce médicament est très efficace", a ainsi jugé le Dr Anthony Fauci, directeur de l'Institut national de l'allergie et des maladies infectieuses (NIAID) dans un entretien avec l'AFP. Certaines organisations se montrent, elles,  plus critiques. C’est le cas de AIDS Healthcare Foundation (AHF), dont le président Michael Weinstein juge que cette approche "va entraîner une diminution de l'usage des préservatifs" déjà en recul et "augmenter les autres maladies vénériennes comme la syphilis qui connaît une forte résurgence". Il est à noter que le nombre de cas de syphilis a déjà doublé dans les 10 dernières années aux Etats-Unis. Selon Michael Weinstein, les CDC feraient mieux d'user de leur autorité pour un dépistage et le traitement de 20 % des 1,3 million de personnes séropositives aux Etats-Unis qui n'ont jamais été testées pour l'infection. Cette stratégie de "test and treat" et de Tasp paraît plus efficace qu'un large appel à l'utilisation  de la Prep selon l'AHF.