Prep : pas d’augmentation des IST

31 Janvier 2021
1 275 lectures
Notez l'article : 
0
 

D'après une large étude australienne, reprise par le site d’infos Aidsmap et menée chez des hommes gays et bisexuels qui prennent la Prep, le taux d'IST (infections sexuellement transmissibles) détecté n'a pas augmenté dans les deux années qui ont suivi la mise sous Prep. Au contraire, ce taux avait augmenté de façon significative l'année précédant la mise sous Prep. L’étude en question s’est focalisée sur un échantillon de participants de l’étude Epic-NSW (Expanded Prep Implementation in Communities in New South Wales) qui a suivi uniquement des hommes gays et bisexuels prenant la Prep. Les données portant sur 2 404 participants (sur les 9 709 au total) de Epic-NSW ont été analysées. Le critère de sélection était d’avoir fait, au minimum, deux dépistages de gonorrhée et/ou deux dépistages de chlamydia dans l’année précédant la mise sous Prep. L’âge moyen des 2 404 prepeurs était de 35 ans. La moitié d’entre eux étaient nés en Australie, 16 % dans d’autres pays à forts revenus et 15 % en Asie. Les données analysées ont montré que le taux de diagnostics de gonorrhée et de chlamydia a augmenté de façon constante de 17 % à 23 %, l’année précédant la mise sous Prep des participants. Ce taux de 23 % est resté stable pendant les deux années qui ont suivi. Le taux de diagnostic de syphilis est resté stable pendant toute la durée de la période analysée (avant et après la mise sous Prep), soit entre 2 et 3 %. L’étude met en évidence que les participants étaient déjà très exposés aux IST avant qu’ils commencent la Prep, mais que la mise sous Prep ne s’est pas accompagnée d’une augmentation des IST. En conclusion : les auteurs-rices estiment que l’absence d’augmentation d’IST observée chez ces prepeurs soutient l’argument avancé, entre autres, par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) selon lequel, le fait de dépister mieux et plus souvent les IST permet de détecter et traiter plus d'IST (notamment celles qui sont asymptomatiques). À terme, la Prep, et son suivi en santé sexuelle avec dépistage régulier des IST, pourraient donc faire baisser le taux global des IST.

Réference : McManus H et al. Comparison of Trends in Rates of Sexually Transmitted Infections Before vs After Initiation of HIV Preexposure Prophylaxis Among Men Who Have Sex With Men. JAMA Network Open 3(12):e2030806, 2020 (open access).