Prévention et prise en charge des IST

9 Février 2017
1 084 lectures
Notez l'article : 
0
 

La prévention et la prise en charge des infections sexuellement transmissibles ou IST  (infection par le VIH incluse) chez les adolescents et les jeunes adultes font l’objet d’un tout récent avis, suivi de recommandations, de la part du Conseil national du sida et des hépatites virales (CNS). Cet avis répond à une demande de Marisol Touraine, ministre de la Santé et de Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale. Dans le communiqué (7 février), le CNS explique que cet avis "répond à la préoccupation des pouvoirs publics face à l’augmentation de la fréquence des IST dans la population, et plus particulièrement chez les jeunes". Le CNS recommande de "faire de la lutte contre les IST chez les jeunes une priorité des politiques publiques de promotion de la santé, notamment à travers la Stratégie nationale de santé sexuelle en cours d’élaboration. Le Conseil insiste sur le fait que cette politique ne peut réussir sans l’implication coordonnée de tous les acteurs concernés, à tous les niveaux et, en particulier, celui des relais régionaux (agences régionales de santé et rectorats). Cette condition est jugée indispensable pour rendre plus efficaces les actions à mener. Le CNS propose d’améliorer les conditions actuelles d’enseignement de l’éducation à la sexualité, et d’affirmer le rôle de l’école et des professionnels de santé (médecins et infirmières scolaires) qui y travaillent, à l’égard des vaccinations des adolescents comme de l’accès aux préservatifs et aux dépistages. Dans le domaine de la santé, les "jeunes doivent accéder plus facilement aux opérateurs publics — CeGIDD (1) et CPEF(2) — dont ils ignorent souvent les actions et les outils, avance le CNS qui demande à ce que "l’activité des médecins généralistes dans ce domaine [soit] mieux suscitée, reconnue, valorisée (…) et coordonnée à l’échelon des territoires. Autre préconisation. Le CNS "souligne l’importance de renforcer le rôle de différents dispositifs en direction des jeunes dans les domaines des addictions, des problèmes psycho-sociaux, des questions relatives à l’insertion socio-professionnelle, et de l’accompagnement des jeunes sous main de justice. Ces dispositifs permettent d’atteindre des jeunes souvent exposés à un risque accru d’IST et représentent des opportunités de repérage et d’accompagnement vers des actions spécifiques de prévention ou de dépistage en coordination avec le système de soins". Le CNS recommande que "l’offre vaccinale contre les IST soit renforcée : rattrapage de la vaccination anti-VHB systématiquement proposée aux jeunes qui n’en ont pas bénéficié dans la petite enfance, renouvellement de la stratégie de promotion de la vaccination anti-HPV, en considérant son extension aux jeunes garçons".

(1) : CeGIDD : Centre Gratuit d'information, dépistage et diagnostic des infections par le virus de l'immunodéficience humaine et les hépatites virales et des infections.
(2) : CPEF : centres de planification et d'éducation familiale.

Commentaires

Portrait de IMIM

les exam. qui devraient être proposés, pour certains,  à partir de 50ans et que les médecins ne font pas pratiquer !?!?

Parce que chacun sa spécialité

Pour celui là, opéré de la prostate, mais ils ne voit pas le cancer du colon

Et cette femme enceinte qui a passé les échographies nécessaires à son état, et à laquelle on annonce après l'accouchement un cancer de l'utérus !?

Ils ont tellement voulut "spécialiser" la medecine , qu'un obstétritien est incapable de détecter un cancer

Ds un autre registre ils ont inventé un diplome de "technicien de surface"......homme ou femme de ménage

A mourir de rire............foutage de gueule