Prise de poids et anti-intégrases

2 Juin 2019
3 977 lectures
Notez l'article : 
4
 
0

Ce fut l’un des « sujets chauds » de la Croi 2019. Et ce qui n’était encore qu’une hypothèse il y a deux ans, ne l'est plus aujourd’hui : il y a manifestement « quelque chose ». Et presque toutes les présentations faites à la Croi sur ce sujet concluaient par une augmentation de la prise de poids chez les personnes traitées par anti-intégrases. Néanmoins, le mécanisme d’action, la différence entre les anti-intégrases, le rôle des nucléosides et le rôle des anti-intégrases elles-mêmes restent controversés. En effet, ce n’est pas parce qu’on voit le phénomène chez des personnes traitées par des INTI (inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse) que les anti-intégrases sont responsables. Certains-es experts-es ont estimé que c'était juste pour des raisons de « mieux être » sous anti-intégrases (se sentir mieux, mieux s'alimenter, sortir, consommer un peu plus d’alcool, etc.) Bref, une prise de poids qui ne serait que la contrepartie d’un meilleur état de santé... Cette seule hypothèse est cependant peu probable car le gain de poids est également observé chez les personnes se sentant déjà bien avant leur traitement par anti-intégrase. Par ailleurs, plusieurs équipes ont montré que le fait d’être une femme ou bien d’être noir augmentait le risque d’une prise de poids sous anti-intégrases. À noter tout de même qu’une autre équipe de chercheurs-ses n’a pas retrouvé ce lien… Bref, des travaux complémentaires seront nécessaires pour confirmer ou pas ces hypothèses. De plus, il semblerait que ce gain de poids soit plus fréquent avec le dolutégravir (Tivicay) qu’avec les autres anti-intégrases. La plupart des analyses indiquent environ +3 % (2-3 kg) après 1 à 1,5 ans, sous traitement avec dolutégravir.  Enfin, le TAF (ténofovir alafénamide) a également été présenté comme un facteur de risque indépendant. Fait intéressant, au cours de la session sur la Prep, il a été demandé s'il y avait une différence de gain de poids pour une personne entre une Prep par TDF/FTC (ténofovir original/emtricitabine) versus TAF/FTC (nouveau ténofovir/emtricitabine). C’était la présentation de l’essai Discover. La réponse était de +1,1 kg avec la Prep comprenant le TAF (nouveau ténofovir) après un an, par rapport à aucun changement de poids avec la Prep à base de TDF. Un autre expert, lors de la séance sur les IST, a également souligné que la prise de poids avec la Prep comportant le TAF pourrait être un problème majeur dans l’adhésion des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes à ce traitement.