Prison: l'Académie de médecine se bouge

29 Octobre 2008
856 lectures
Notez l'article : 
0
 
prison_0.jpg

L'Académie nationale de médecine "demande que des décisions soient prises en vue d'une amélioration immédiate de la prise en charge sanitaire des détenus". Elle "demande avec insistance l'application stricte et immédiate de la loi du 18 janvier 1994" réorganisant la gestion des soins en prison, regrettant que "le statut du détenu prime toujours sur celui du malade". L'Académie de médecine déplore "l'absence de permanence médicale la nuit et le week-end", "la transgression fréquente du secret médical" et "la difficulté d'accès aux diagnostics et aux soins spécialisés". Rappelons qu'il y a actuellement 63 185 personnes détenues en France pour moins de 51 000 places disponibles. Soit un taux de sur occupation des prisons d'environ 126 % !

Commentaires

Portrait de youyou

Espérons vivement et au plus vite. Car pour toutes ces personnes qui vivent dans des conditions pires qu'un chien dans sa niche, c'est inadmissible on se croirait au moyen âge.....Cet état de chose me révolte!
Portrait de seanaque

qui vaut ce qu'elle vaut... l'académie travaille à un rythme directement lié au dynamisme de ses membres... il parait que depuis peu elle a changé de président qui aurait été un illustre infectiologue et accessoirement garderait des convictions confessionellement altruistes précédemment déjà sublimées dans une association nationale de croisés et à une époque antécaniculaire pour la petite histoire la loi du 18 janvier 1994 due à S.W. ancienne déportée qui gérait à ce moment là un ministère tentaculaire avait fait rattacher le service de santé dans les prisons à la tutelle logique de l'avenue de ségur et non plus de celle de la place vendôme sans doute fallait il voir là le fait que la personne évoquée "en avait" en effet et pour mémoire, R.B. Garde des Sceaux dans le gouvernement de P.M.qui en avait fait la promesse ( de détachement de ce service des soins en prison ) en 1981 soit treize ans auparavant et certainement avec sincérité ; ne l'a pas tenue probablement parce qu'il n'avait pas les couilles de s'opposer aux membres schématiquement ultraconservateurs de l'administration qu'il dirigeait hélas ...hélas ....ce sujet est tout ce que l'on veut sauf politiquement porteur dans l'opinion publique et de commissions d'enquête en rapports parlementaires aux conclusions convergentes au fil des ans on ne voit en fait que des rites d'enterrement des aimables intentions déclarées je ne vois qu'un seul maigre espoir qui viendrait de l'extérieur et consisterait à taper au porte monnaie en contraignant les décideurs de notre pays par la multiplication de déjà nombreuses condamnations de la france par les juridictions européennes.... l'avenir de nos arrière arrière petits enfants le mérite sûrement et on peut toujours réver