Prisons et surpopulation

18 Juin 2021
199 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le nombre de personnes incarcérées dans les prisons françaises a de nouveau augmenté en avril, pour s'établir à 65 384 détenus-es au 1er mai, selon les données statistiques du ministère de la Justice, indique l’AFP. Entre le 1er décembre et le 1er mai, ce sont près de 2 500 personnes supplémentaires qui ont été incarcérées. La densité carcérale dans les 188 établissements pénitentiaires s'établit à 108 %, contre 107 % le 1er avril et 106 % le 1er mars. Elle est de 125,2 % dans les maisons d'arrêt, où sont incarcérées les personnes détenues en attente de jugement et celles condamnées à de courtes peines, contre 120,2 % il y a six mois. Au 1er mai, 850 détenus-es étaient contraints-es de dormir sur un matelas posé au sol.  Comme les mois précédents, près de 30 % des personnes incarcérées (18 568) sont des prévenus-es détenus-es dans l'attente de leur jugement. Jeudi 3 juin, dix-sept associations et organisations ont appelé à la « mobilisation citoyenne » pour exhorter Emmanuel Macron à « passer de la parole aux actes » et à « en finir » avec la surpopulation carcérale, alors que le nombre de détenus-es « flambe » de nouveau depuis l'été 2020, note l’AFP. Cet appel intervient un an jour pour jour après une lettre ouverte incitant déjà le chef de l'État à se saisir d'une « occasion historique », l'épidémie de Covid ayant alors entraîné une chute drastique et inédite de la population carcérale ; lettre ouverte qui avait alors été signée par l'ex-avocat Éric Dupond-Moretti, devenu depuis garde des Sceaux.