Prix du Sovaldi : les ONG tunisiennes en mode critiques

1 Octobre 2014
1 678 lectures
Notez l'article : 
3.333335
 

Dans un communiqué (25 septembre), l’association de lutte contre le VIH et les hépatites, ATL MST Sida–Tunis, a dénoncé l’exclusion de la Tunisie de l’accès au traitement de l’hépatite C dans le cadre de la licence accordée par le laboratoire Gilead pour le Sovaldi (sofosbuvir). Cet accord facilite l’accès de 91 pays à ressources limitées à ce traitement particulièrement coûteux. Dans leur communiqué, l’ATL MST Sida–Tunis, Manara pour la RDR et l’Union des Associations Humanitaires Tunisiennes, dénoncent "de la plus forte manière l’exclusion de la Tunisie de cet accord" et appellent "toutes les composantes de la société civile, des autorités compétentes et des médias à s’élever contre cette injustice". "Plus de 73 millions de personnes infectées par le VHC à travers le monde, sont exclues de cette licence" car elles vivent dans des pays à revenus intermédiaires. "La Tunisie en fait partie ! Laissant ses milliers de personnes infectées dans l’impossibilité d’accéder à ce traitement dont le coût est trop élevé", dénonce le communiqué. La réaction de certaines organisations non gouvernementales tunisiennes est d’autant plus forte que, selon elles, cet "accord risque d’être une sorte de compromis entre les différentes firmes pharmaceutiques afin d’éviter toute concurrence et de garder ainsi le prix du traitement à un niveau élevé. Avec cette décision les Tunisiens n’auront aucun espoir d’accès au traitement !", avance le communiqué.