Prostitution : la députée Gomez-Bassac s'explique

14 Septembre 2018
4 897 lectures
Notez l'article : 
3
 

Comme d’autres médias, Seronet avait indiqué, dans une brève, que la députée LREM du Var Valérie Gomez-Bassac, serait favorable à la réouverture des maisons closes. Dans un message adressé à Seronet, la parlementaire a tenu à rappeler qu’elle ne « proposait pas de rouvrir les maisons closes » mais qu’elle n’écarte pas cette idée, comme point de discussion, dans le cadre d’une réflexion plus large qu’elle conduit sur le travail du sexe. L’équipe de Valérie Gomez-Bassac indique que la députée est actuellement dans la démarche « de rencontrer les acteurs-trices qui travaillent sur le sujet, de comprendre les positions, les sensibilités de chacun-e et d'étudier toutes les propositions des uns-es et des autres ». Elle a d’ailleurs publié le 7 juillet dernier un texte sur le Huffington Post qui expose la nature de ses réflexions et de son « engagement sur le sujet ». Intitulé : « Des idées à la réalité, parlons humainement de la prostitution », cette tribune s’oppose clairement à la création de maisons closes et fait des propositions. Par exemple, elle propose une « stratégie commune d'action (…) à l'échelle européenne. « Elle seule nous permettra de lutter efficacement contre ces réseaux qui exploitent la misère humaine et organisent un esclavage moderne ». « Nous devons repenser nos outils pour accompagner celles et ceux qui souhaitent sortir de la prostitution tout en assurant, à chaque étape, leur sécurité sur le moment et après leur transition professionnelle », indique-t-elle également. Et Valérie Gomez-Bassac d’expliquer : « Nous avons enfin un devoir de réalisme : ce n'est pas parce que certains-es ne souhaiteraient pas sortir de la prostitution que nous devrions les abandonner. La nature même de leur activité les expose à des risques nombreux qu'il est nécessaire de prévenir. L'action publique, est un devoir de défense individuelle autant qu'un intérêt de santé publique ».

Commentaires

Portrait de jl06

Pas folichons l,Espagne , les deux se cotoies , entre les bordels officiels (style que l,ont trouve à  la Jonquera ), et le travail des rues .... l,avantage le tapin (Gay , femme ) se fait en pleine lumiére dans la journée ,et pas dans des endroits impossibles ...style la gare de Madrid ...mais au moins cela à  le mérite d,existé !!

Et qui va géré les maisons closes Bercy ?  indirectement bien sur ! toujours bon à prendre un peut de pognon ,

une des solutions que les Gay ont trouvé seul ... les saunas ... pas vue pas pris ! remarque vos mieux avec les politiques qui si précipites ... mais au moins l,honneur de la France et sauf .... 

faite deja votre boulot ( la police ) en évitant toutes une frange étrangéres (MAC des pays de l ,est ) a venir faire régner la terreur de ceux qui y bosse ..