Quand la culture se mêle au VIH

2 Juillet 2019
469 lectures
Notez l'article : 
0
 

Gallimard a réédité À l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie (Folio, N°2366), un des livres les plus connus d’Hervé Guibert consacré à sa vie avec le VIH. Quelques mois plus tôt, c’est Grasset qui publiait Comment tout a commencé, le roman de Philippe Joanny sur la découverte de l’homosexualité à une période où celle-ci devient synonyme de « cancer gay ». Il y a quelques mois déjà, le théâtre national de l’Odéon (Paris) accueillait triomphalement Les Idoles, le spectacle écrit et mis en scène par Christophe Honoré. L’auteur y rend hommage aux figures de son panthéon personnel (Cyril Collard, Serge Daney, Jacques Demy, Hervé Guibert, Bernard-Marie Koltès, Jean-Luc Lagarce) pour évoquer ce qui s’est passé lors de ces deux dernières décennies du 20e siècle qui resteront dans l’histoire comme les « années sida ». Ces quelques exemples rappellent que cette maladie imprègne, depuis son apparition, durablement les productions artistiques : littérature, cinéma, arts visuels, etc. Cela a souvent donné des œuvres fortes qui interrogent l’angoisse profonde, le sentiment d’insécurité, les discriminations, le bouleversement de la sexualité qu’ont suscité cette épidémie, qui se poursuit aujourd’hui encore, et que les arts analysent autant qu’ils l’accompagnent. Il y a quelques mois, Élisatbeth Lebovici publiait Ce que le sida m’a fait. Art et activisme à la fin du 20e siècle (éditions JRP Ringier) : un essai qui analyse les transformations radicales des pratiques artistiques et sociales à travers l’émergence du virus et qui montre comment le sida a bousculé le champ artistique. Regardez-vous des films ou lisez-vous des livres qui parlent du VIH ? Que pensez-vous de la façon dont la culture se saisit de cette question ? Le traitement par les arts permet-il de changer les représentations sur le VIH, de lutter contre les discriminations ? A-t-il permis de faire du sida un événement historique ? C’est autour de ces questions qu’on vous propose d’échanger pendant le chat thématique mardi 2 juillet à partir de 21 heures en compagnie de Diane-Seronet.