Québec : un docteur en pharmacie ?

31 Mai 2011
1 067 lectures
Notez l'article : 
0
 
jean-charest.jpg

Face à la saturation chronique des urgences d’hôpital et celle des médecins de ville, le gouvernement canadien cherche à développer les compétences des pharmaciens, pour désengorger la situation. Le Premier ministre Jean Charest a présenté mi-mai un projet de loi, fruit d’un "consensus" entre médecins et pharmaciens. Celui-ci permettrait aux officines de renouveler les ordonnances, ajuster les posologies (dosages) et réaliser certaines analyses biologiques. Dans l’objectif de "voir une collaboration entre les ordres professionnels", affirme Jean Charest. Vives réactions du côté de l’opposition, qui raille l’empressement du gouvernement et la frilosité des mesures qu’elle espérait plus drastiques. En outre, le soi-disant consensus trouvé a volé en éclats par la réaction des médecins, qui s’offusquent d’un manque de débat et des nouvelles prérogatives accordées aux pharmaciens. Selon eux, il n’y a aucune urgence à faire adopter cette loi…