Rac : moins de 7 % pour les ménages

28 Septembre 2020
180 lectures
Notez l'article : 
0
 

La part des dépenses de santé payée par les ménages a encore diminué en 2019, passant sous les 7 %, la Sécurité sociale continuant d'assurer « une participation croissante », selon une étude publiée mardi 15 septembre par la Drees (service statistique des ministères sanitaires et sociaux). Le reste à charge (Rac) est ainsi passé de 9,2 % en 2009 à 6,9 % l'an dernier, soit tout de même 14,3 milliards d'euros sur un peu plus de 208 milliards de « soins et biens médicaux », écrit la Drees dans son rapport annuel sur « les comptes de la santé ». Cette baisse reste essentiellement liée au « vieillissement de la population, qui s'accompagne d'une hausse constante du nombre de malades chroniques pris en charge intégralement par la Sécu, dont la part s'est élevée à 78,2 %, quand celle des complémentaires Santé stagnait à 13,4 %, indique l’AFP. Une tendance au long cours complétée en 2019 par un « net repli de la consommation de médicaments non remboursables », ou encore « un ralentissement des dépassements d'honoraires chez les (médecins) spécialistes ». En tenant compte des autres « dépenses courantes de santé » (dépendance, handicap, arrêts de travail, prévention, recherche...) le reste à charge est resté stable à 9 % sur un total de 265,8 milliards d'euros en 2018, la France conservant le taux « le plus limité » des pays membres de l'OCDE.