Reconnaissance faciale : un danger pour les minorités ?

12 Novembre 2019
190 lectures
Notez l'article : 
0
 

La rencontre/débat Ciel mon dimanche ! du 24 novembre aura pour thème : « Reconnaissance faciale : un danger pour les minorités ? » Ce débat sera proposé à 17h30 et sera animé par Francis Carrier de l'association Grey Pride. Jusqu’à présent, la vidéo‐surveillance était implantée pour surveiller un espace public ou privé, les caméras étaient reliées à un PC de sécurité et les images étaient visualisées par un-e opérateur-rice humain-e. Aujourd’hui, ce sera de moins en moins le cas ; derrière les caméras, les opérateurs-rices sont peu à peu remplacés-es par des intelligences artificielles (IA) qui travaillent sans relâche et auxquelles on peut faire faire de plus en plus de choses. Alicem, application déployée pour le gouvernement pour sécuriser l’accès à nos données (impôts, Caf, etc.), n’est‐elle pas les prémices de l’utilisation généralisée de la reconnaissance faciale dans l’espace public (aéroports, entrée dans un établissement public, manifestations, etc.) ? Représente‐t‐elle un danger pour les libertés individuelles, pour les minorités ? Des garde‐fous sont‐ils mis en place ? C’est autour ce des passionnantes questions que se déroulera cette rencontre/débat au Centre LGBTQI+ Paris Île-de-France (63 rue Beaubourg - 75003 Paris). Infos au 01 43 57 21 47.