Remdesivir : bataille de monopole

9 Juillet 2020
354 lectures
Notez l'article : 
0
 

Et voilà, chacun pour soi. Le gouvernement américain a annoncé lundi 30 juin avoir acquis 92 % de toute la production de remdesivir par le laboratoire américain Gilead de juillet à septembre, soit environ 500 000 traitements sur près de 550 000 prévus en production, explique l’AFP. « Le président Trump a fait une affaire incroyable pour que les Américains puissent avoir accès au premier traitement thérapeutique autorisé contre la Covid-19 », a déclaré le ministre de la Santé, Alex Azar, alors que le pays fait face à une forte poussée de la pandémie et qu’il est déjà le plus lourdement touché au monde en nombre de morts. Gilead a fixé le prix à 390 dollars par flacon dans tous les pays développés, soit 2 340 dollars au total, pour un traitement normal de six flacons en cinq jours, a annoncé le laboratoire pharmaceutique. Un prix particulièrement élevé. Seuls les assureurs privés américains paieront plus cher, 520 dollars par flacon (versus 390).  Le médicament a été approuvé aux États-Unis par la FDA le 1er mai après des essais cliniques montrant qu'il réduisait de quatre jours la durée de rétablissement des malades graves de la Covid-19. L'Europe devrait l'autoriser prochainement. L'annonce de Washington fait craindre une pénurie du médicament dans le reste du monde sur cette période, voire plus longtemps. Deux pays européens ont déclaré (1er juillet) ne pas être inquiets pour leur population : l’Allemagne et la Grande-Bretagne. Ils ont assuré avoir des stocks suffisants de cet antiviral. « Le Royaume-Uni utilise le remdesivir depuis un moment, d'abord dans des essais cliniques et aujourd'hui dans le cadre d'un programme d'accès anticipé aux médicaments. Le Royaume-Uni a un stock suffisant de remdesivir », a indiqué un porte-parole du Premier ministre britannique. En Allemagne, « le gouvernement a sécurisé des stocks de remdesivir tôt », a déclaré un porte-parole du ministère de la Santé. « À l'heure actuelle, les réserves sont suffisantes ». Les autorités sanitaires françaises n'avaient pas pu répondre mercredi 1er juillet aux sollicitations de l'AFP. Pour les pays en développement, Gilead a accordé des licences sans royalties à neuf fabricants de médicaments génériques en Inde, au Pakistan et en Égypte. Ils auront le droit de distribuer leurs versions génériques du remdesivir dans 127 pays en développement, au prix qu'ils choisiront tant qu'aucun autre médicament ou qu'un vaccin n'est approuvé, ce qu'ils feront « bientôt », a indiqué Gilead à l'AFP.