Rémission fonctionnelle : L’ONUSIDA et l’UNICEF se prononcent

12 Mars 2013
816 lectures
Notez l'article : 
0
 

L’ONUSIDA et l’UNICEF ont salué (4 mars) dans un communiqué de presse commun une "nouvelle étude de cas selon laquelle un nouveau-né mis sous traitement antirétroviral dans les 30 premières heures de sa vie et maintenu sous celui-ci pendant 18 mois semble fonctionnellement guéri". La présentation a été faite lors de la Conférence sur les rétrovirus et les infections opportunistes (CROI 2013) à Atlanta. Les deux institutions se montrent prudentes. "Si les conclusions sont confirmées, cela serait le premier cas bien documenté d’enfant séropositif au VIH qui semble avoir une charge virale indétectable malgré l’arrêt de son traitement contre le virus", expliquent-elles. "Cette annonce nous donne de grandes raisons d’espérer qu’il est possible de guérir les enfants du VIH et pourrait nous faire avancer d’un pas en direction d’une génération sans sida", a expliqué Michel Sidibé, directeur exécutif de l’ONUSIDA. "Cela souligne aussi la nécessité de développer la recherche et l’innovation, en particulier dans le domaine des diagnostics précoces". "Ce cas illustre également ce que nous savons déjà – qu’il est essentiel de soumettre au dépistage le plus tôt possible les nouveaux-nés exposés au risque d’infection", a expliqué, pour sa part, Anthony Lake, directeur exécutif de l’UNICEF. Selon des données de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et de l’UNICEF, seulement 28 % des nourrissons exposés au VIH ont fait l’objet d’un dépistage du virus dans les six semaines suivant leur naissance en 2010. Les obstacles au diagnostic et au traitement précoces sont, entre autres, le coût élevé des diagnostics, la difficulté d’obtenir des résultats en temps voulu et un accès limité aux services et aux médicaments. En 2011, 330 000 enfants ont été nouvellement infectés par le VIH. À la fin de cette même année, 28 % des enfants de moins de 15 ans vivant avec le virus recevaient un traitement antirétroviral, contre 54 % des adultes répondant aux critères d’admission au traitement.