Responsabilité personnelle versus solidarité nationale

17 Février 2022
428 lectures
Notez l'article : 
0
 

Les campagnes électorales permettent habituellement de parler des questions de fond, voire de lancer des débats. Le plus souvent, les candidats-es aux élections s’en chargent : parfois, ce sont des personnalités qui investissent le créneau, histoire de faire débattre autour de leurs idées. C’est dans ce cadre qu’il faut appréhender la publication dans Le Monde (25 janvier) d’une tribune de Martin Hirsch portant sur « sept propositions pour une démocratie plus différenciée, plus personnalisée, plus participative ». Dans ce texte, Martin Hirsch, ici dans sa qualité de président de l’Institut de l’engament (il est plus connu comme patron de l’AP-HP) explore les tensions entre individualisme et enjeux collectifs. Dans ce texte, l’auteur avance quelques pistes pour « adapter notre système démocratique ». L’une propose « d’associer la responsabilité à la solidarité dans les systèmes de protection sociale ». Martin, Hirsch explique ainsi qu’un « système solidaire ne peut trouver son équilibre si une fraction trop importante de la population peut avoir un comportement de passager clandestin ». Cela donne dans son esprit la question suivante : « Est-il logique de bénéficier des soins gratuits quand on a refusé pour soi la vaccination gratuite et qu’on met doublement en danger les autres, en pouvant les contaminer et ne pouvant prendre une place en soins intensifs nécessaire pour un autre patient ? ». Et de résumer : « Il y a peut-être une manière de donner enfin un vrai sens à la prévention  en liant protection et respect de la prévention ». Dans son texte, martin Hirsch reconnaît que cette question est éminemment complexe et sensible, mais qu’elle doit être abordée « si on ne veut pas voir les systèmes de solidarité affaiblis par manque d’adhésion ou par leur non-soutenabilité ». La tribune sort le 25 janvier, sans susciter de réactions particulières dans l’immédiat. Tout change le 28 janvier quand le patron de l’AP-HP commence à revenir sur ce point dans des interviews, en se demandant si les soins doivent demeurer gratuits pour les personnes non vaccinées. La suggestion fait des vagues. Médecins, experts-es, personnalités politiques y vont de leurs commentaires et critiques. C’est une « proposition scandaleuses », explique Yannick Jadot, candidat EELV à la présidentielle. « Je ne suis pas d’accord pour qu’on entre dans ce type de démarche » commente Anne Hidalgo, candidate PS à la présidentielle. « De telles déclarations qui sont à la fois contraires au pacte sociale français et de nature à accélérer la fragmentation du pays, sont indignes », explique le député LR Julien Aubert. Plusieurs responsables politiques se sont d’ailleurs posé la question du maintien de Martin Hirsch à la tête de l’AP-HP.