Restes à charge : participer à une enquête

15 Octobre 2019
584 lectures
Notez l'article : 
0
 

La question des restes à charge (RAC), notamment invisibles, est un problème important dont l’impact est fort sur l’accès aux soins. France Assos Santé (FAS) regroupe les associations agréées de personnes usagères du système de santé. À travers les représentants-es d’associations, FAS tend à représenter les personnes usagères du système de santé à plusieurs échelles (établissements, caisses primaires et nationale d’assurance maladie, agences de santé, etc.) et conduit des combats pour un meilleur accès aux soins. En matière d'assurance maladie, le reste à charge désigne les dépenses de santé que la personne usagère doit assumer suite aux soins médicaux qu'elle a reçus et pour lesquels la sécurité sociale ne l'a que partiellement indemnisée. Le ministère de la Santé propose une estimation du reste à charge, mais il ne comptabilise pas de nombreuses dépenses de santé qui minimisent le montant réel assumé par les usagers-ères. Les restes à charge invisibles, ce sont ces montants que les personnes dépensent pour se soigner, mais qui ne sont pas comptabilisés comme tels : achat de matériels (dispositifs médicaux) en pharmacie ou en supermarché, frais de déplacements ou de parking pour se faire soigner, besoins de compensation du handicap (aides humaines ou techniques, aménagement du logement ou du véhicule, achat régulier de matériel comme les piles pour les appareils auditifs, etc.). France Assos Santé souhaite alimenter le plaidoyer auprès des pouvoirs publics pour une meilleure prise en considération de ces dépenses invisibles, et une meilleure indemnisation des personnes usagères du système de soins. Cette enquête comporte dix questions et se remplit très facilement. Les résultats seront présentés le 25 novembre lors de la journée nationale de l'Assurance maladie organisée par FAS. Pour répondre à l'enquête, il faut s'inscrire en ligne puis répondre au questionnaire. Vérifier que le mail de confirmation n'arrive dans vos messages indésirables. L’enquête se déroule jusqu’au 27 octobre 2019.