Rétention: la Cimade encore seule quelques mois

19 Décembre 2008
1 373 lectures
Notez l'article : 
0
 
frontiere.jpg

Unique association habilitée jusqu'au 31 décembre 2008 à intervenir dans les centres de rétention, la Cimade voit cette mission prolongée de cinq mois. Cette décision (annoncée par l'AFP) est la conséquence de la décision du Tribunal administratif de Paris d'annuler (fin octobre) un appel d'offres lancé par le ministère de l'Immigration portant sur une réforme du dispositif d'aide aux étrangers dans les centres de rétention administrative (CRA). Brice Hortefeux, ministre de l'Immigration et de l'Identité nationale, ne supportait plus les critiques de la Cimade sur les failles, nombreuses, des centres de rétention. Il avait donc décidé de faire jouer la "concurrence" en proposant à d'autres associations d'intervenir dans les CRA. Pour cela, le ministère avait réparti les 30 CRA concernés en huit lots à se partager. La Cimade estime que la réforme du ministère rend impossible l'action conjointe et complémentaire des associations auprès des étrangers en appliquant à la défense des droits de l'Homme "une logique de concurrence libérale et de marché inacceptable". Elle a donc saisi le conseil d'Etat et les tribunaux. La Cimade a un rôle majeur de défense et de conseil, notamment auprès des étrangers malades que les autorités françaises ne se privent pas désormais de renvoyer dans leurs pays.