Rétention : le Défenseur des droits se mobilise

29 Juin 2012
1 404 lectures
Notez l'article : 
0
 
dominique_baudis.jpg

Dans une interview au "Journal du dimanche" (17 juin), Dominique Baudis, le Défenseur des droits, a indiqué qu'il entendait rappeler au ministre de l'Intérieur Manuel Valls que les enfants d'immigrés en situation irrégulière ne devaient pas être placés dans les centres de rétention administrative. "Je renouvellerai (...) dès demain, lundi [le 18 juin], ma demande auprès du ministre de l’Intérieur", a déclaré Dominique Baudis, qui réclame "que  les préfets reçoivent des instructions claires et précises afin que des enfants ne soient plus placés dans ces centres". Ces cinq derniers jours, Dominique Baudis a alerté le cabinet du ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, à trois reprises sur des cas de rétention d’enfants, ont expliqué les services du défenseur des droits à l’AFP qui évoquent "une multiplication des placements de mineurs". Huit à dix cas ont été recensés depuis l'élection de François Hollande, qui avait promis pendant sa campagne de faire cesser la rétention des enfants d’immigrés clandestins pour laquelle la France a été condamnée par la Cour européenne des droits de l’Homme le 19 janvier 2012. A chaque fois qu’un tel cas est signalé, un représentant du Défenseur des droits se rend dans le centre de rétention concerné et l’enfant et sa famille sont libérés. "Nous en sommes à la 25ème ou 26ème visite depuis février, à chaque fois nous les faisons sortir", affirme Dominique Baudis dans son interview au "Journal du dimanche". "Nous aurions dû, depuis février, mettre fin à ce type de pratique", insiste-t-il.

 

Commentaires

Portrait de frabro

Il ne suffit pas de claquer des doigts pour que changent les vieilles pratiques, après des années d'utilisation d'un système policier et répressif uniquement basé sur l'expulsion la plus rapide possible (et si possible médiatisée) des familles en situation irrégulière. Il faudra de l'obstination à M Baudis et ses troupes, et de la volonté au gouvernement pour faire adopter de nouvelles formes d'action et de prise en charge de ces enfants, et donc des familles entières : faire libérer les enfants signifie aussi libérer leurs parents. Une politique réaliste d'étude de ces situations est nécessaire, avec des moyens à la hauteur des enjeux.