Retraites : les femmes en débat

1 Février 2023
255 lectures
Notez l'article : 
5
 
0

Le gouvernement a tenté, ces derniers jours, d'éteindre la polémique sur l'impact de la réforme des retraites sur les femmes, « un peu pénalisées » de l'aveu même du ministre Franck Riester. Ce qui a permis aux opposants-es au texte de s'insurger contre un projet « anti-femmes ». « Je ne peux pas laisser dire que notre projet ne protégerait pas les femmes. Au contraire », a lancé la première ministre Élisabeth Borne, interpellée sur le sujet à l’Assemblée nationale, lors des questions au gouvernement. La Première ministre a assuré que la réforme réduirait « les inégalités inacceptables entre les femmes et les hommes au moment de la retraite ». « Nous protégeons les femmes qui ont des carrières incomplètes et hachées, les femmes qui ont commencé à travailler tôt, les femmes qui ont des petites pensions », a-t-elle insisté. « Les femmes seront les premières bénéficiaires de la revalorisation des petites pensions », a-t-elle ajouté. « La réforme contribuera à réduire l'écart de pension entre les hommes et les femmes », a encore dit la cheffe du gouvernement, dénonçant un « faux procès ». Elle a néanmoins ajouté qu’elle espérait que le débat parlementaire permettrait de « continuer à enrichir le projet ». La polémique est née d'un document dévoilé lundi 23 janvier, présenté par le gouvernement comme une étude d'impact de la réforme. Il montre que cette dernière va pousser les femmes à allonger leur carrière davantage que les hommes, tout en contribuant à réduire les écarts de pensions entre les deux sexes. Lors d’un débat télévisé, le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, a détaillé les avantages escomptés pour les femmes de la réforme gouvernementale, notamment le fait qu'elles seront à 60 % les bénéficiaires de la revalorisation des petites retraites à 1 200 euros brut. Ces dernières semaines, différentes tribunes et appels ont été publiés, mettant en avant des critiques concernant l’impact du projet sur les femmes. C’est le cas de l’appel à manifester d’Osez le féminisme publié le 19 janvier dernier ou encore de la tribune du Collectif « les inverti.e.s », publiée sur Mediapart et sur tetu.