Retraites : une hausse de la CSG se précise

24 Août 2013
4 079 lectures
Notez l'article : 
0
 

La ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine a de nouveau évoqué (20 août) une augmentation de la contribution sociale généralisée (CSG), une "option qui a sa cohérence" pour financer le système des retraites d'ici à 2020, ajoutant que d'autres options étaient "sur la table". "Nous sommes en train ces derniers jours de déterminer les choix qui doivent être présentés, la CSG est une des options". Pour les observateurs, c’est cette hypothèse qui semble tenir la corde. De récentes informations de presse avaient fait état d'un possible relèvement de la CSG, de 0,2 à 0,5 point, pour combler une partie du déficit du régime des retraites d'ici à 2020, note l’AFP. De son côté, le ministre du Travail Michel Sapin a expliqué que l'option d'un allongement de la durée de cotisation serait probablement retenue par le gouvernement. "Les Français savent que s'il n'y pas une réforme des retraites, ce à quoi ils tiennent comme à la prunelle de leurs yeux, c'est-à-dire une retraite par répartition (...), si on ne fait rien, ça va s'écrouler", a-t-il expliqué sur France Info. Michel Sapin a affirmé (20 août) qu’un allongement de la durée de cotisation était une mesure évidente pour réformer le système des retraites et qu’elle s’appliquerait "à tous les Français". "Puisque l’on vit plus longtemps, il faut une durée de cotisation qui soit plus longue, sinon chacun voit bien que personne n’est capable d’assurer le financement durable du système des retraites", a-t-il ajouté. La réforme s’appliquera "à tous les Français, quel que soit leur régime" et "s’il y a un allongement de la durée de cotisation, cela vaudra pour tout le monde, a précisé le ministre. Bon, on devrait en savoir plus lorsque le Premier ministre aura reçu les syndicats (26 et 27 août).

Commentaires

Portrait de frabro

L'équilibre du système de retraite par répartition, et si l'on veut maintenir le niveau des pensions actuel, nécessite tout à la fois l'augmentation des cotisation et l'allongement de la durée de cotisation pour bénéficier de la retraite à taux plein. Ce qui signifie pour la plupart des salariés du régime général un départ à la retraite bien au delà des 62 ans, age légal actuel.

Or, ce régime ne tient pas compte des handicaps, et la RQTH par exemple n'est absolument pas prise en compte pour abaisser l'age de la retraite à taux plein. Il faut être à 80 % depuis plus de dix ans pour bénéficier d'un départ anticipé.

Avec les autres associations communautaires d'handicapés, il est temps de demander que soit pris en compte l'effort fait par les travailleurs handicapés pour travailler le plus longtemps possible en leur reconnaissant le droit à une retraite anticipée, ne serait-ce que de quelques années.