Risque plus élevé de fractures

2 Septembre 2008
2 636 lectures
Notez l'article : 
0
 
60.jpg

Une importante étude réalisée aux Etats-Unis vient de démontrer que les séropositifs sont plus souvent sujets à des fractures osseuses que la population générale. Réalisée par l'équipe du professeur Steven Grinspoon de Boston, cette recherche a analysé les cas répertoriés de fractures chez plus de 8500 séropositifs américains entre 1996 et 2008. Elle les a comparé avec les données provenant d'un échantillon de 2 millions de patients non séropositifs. La conclusion est claire : l'infection au VIH majore le risque de fracture de 60%. Ainsi pour la première fois, nous avons un élément solide sur la prévalence des fractures, même si les troubles osseux nous étaient connus depuis plusieurs années. Quels types de fractures ? Essentiellement au niveau des vertèbres, des hanches et des poignets. Le risque est similaire pour les hommes et les femmes. Avec l'âge, ce risque augmente, et parce que la population séropositive est vieillissante, le phénomène va donc prendre de l'importance. Les chercheurs ont besoin maintenant de connaître les mécanismes de cette fragilité pour savoir quels sont les facteurs agissant : antirétroviraux, VIH lui-même ou d'autres facteurs métaboliques.

 

photo : Thomas Hawk

 

 

Commentaires

Portrait de BESA

L'ostéoporose médicamenteuse. D'autres facteurs?