Ruptures : des labos sanctionnés

6 Septembre 2023
1 173 lectures
Notez l'article : 
0
 

Des laboratoires pharmaceutiques, dont le leader des génériques Biogaran, n'ont pas respecté leur obligation de constituer un stock de sécurité de deux mois pour l’amoxicilline, un antibiotique classé dans la liste des médicaments d'intérêt thérapeutique majeur. L’automne et l’hiver derniers ont été marqués par de fortes tensions d'approvisionnement d'amoxicilline ; des tensions qui sont restées fortes jusqu’en juin, note le site d’infos Egora. Des dysfonctionnements constatés dans le récent rapport de la commission d'enquête sénatoriale sur les pénuries de médicaments, publié en juillet dernier. La situation était telle que l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a décidé de hausser le ton et de sanctionner plusieurs laboratoires pharmaceutiques fabricants d'amoxicilline, pour n’avoir pas respecté leur obligation de constituer des stocks de sécurité pour ce médicament d'intérêt thérapeutique majeur. Le laboratoire Biogaran s'est ainsi vu notifier une sanction financière d'un peu plus de 225 000 euros, représentant 20 % de son chiffre d'affaires 2021-2022 sur la spécialité Amoxicilline Biogaran 250 mg/5 ml. L'agence a également sanctionné pour le même motif le laboratoire pharmaceutique Eurogenerics. Le groupe écope de 210 000 euros de sanction. Un troisième labo, Zydus France, fabricant d'Amoxicilline Zydus France 1 g en comprimé, doit quant à lui reverser plus de 87 000 euros, pour un stock de sécurité 4 fois inférieur à celui fixé par la loi.  Le total de ces sanctions surpasse celles prononcées au titre de l'année 2021 par l'agence sanitaire, tous motifs confondus, précise Egora.