Ruptures : une pétition pour le Cameroun

15 Avril 2013
520 lectures
Notez l'article : 
0
 

"Que le gouvernement Camerounais approvisionne les personnes vivant avec le VIH en antirétroviraux et en réactifs", c’est le titre de la pétition que des militants camerounais de la lutte contre le sida ont lancé récemment. Ils escomptent 100 000 signatures. Que dit le texte de cette pétition ? "La lutte contre le sida doit être une priorité. En effet, depuis des mois, des malades du sida éprouvent des difficultés pour avoir accès aux soins et traitements mensuels dont ils ont besoin. On note dans plusieurs structures de prise en charge des dysfonctionnements tant au niveau de l’accès aux ARV [antirétroviraux, ndr] qu’à celui du bilan de suivi biologique ou pré-thérapeutique. Nul n’est sans ignorer que la rupture des ARV met en danger de mort les personnes vivant avec le VIH, du moment où seuls, ils permettent d’améliorer la qualité de vie des malades ; de diminuer la morbidité et la mortalité liées à l‘infection à VIH à travers l’élimination de la survenue des infections opportunistes et surtout la restauration de l'immunité. Mettant en danger également la population camerounaise dans son ensemble, tant il a été démontré que le traitement efficace agit aussi comme arme de prévention".

"Les pénuries récurrentes, en cours, et celles encore plus sévères annoncées révèlent :
1) un déficit d'engagement politique ;
2) et surtout l’absence d'un système fiable d'approvisionnement, de gestion et de distribution des médicaments.

L'ensemble de ces manquements mettent en péril les progrès qui ont été accomplis contre le VIH depuis 2007 avec la gratuité des ARV et la subvention des bilans biologiques.

Face à ces ruptures de stock de médicaments qui continuent de menacer la santé publique, et compromettent la sécurité et les soins des patients (…) la Plateforme Nationale des OSC du Cameroun (PLANOSCAM), Positive-Generation (PG), le Treatment Access Watch (TAW), le Mouvement Camerounais pour le Plaidoyer pour l’ Accès aux traitements (MoCPAT), la Coalition 15 %, le Cameroon TB Group (CTBG), et le Réseau Camerounais des Organisations de Droits Humains (RECODH) attirent l’attention immédiate du Premier ministre Philemon Yang [pour engager] des mesures d’urgences pour éviter la catastrophe.

Cette pétition est accessible sur le site avaaz.org