Russie : le VIH progresse toujours

24 Mars 2012
383 lectures
Notez l'article : 
0
 
drapeau-russie.gif

La Russie a enregistré en 2011 une hausse de 5% du nombre de séropositifs par rapport à 2010. Cela représente près de 62 000 cas supplémentaires, ont indiqué (12 mars) les services sanitaires russes. Ces derniers constatent également une féminisation de l'épidémie. "En 2011, 62 000 nouvelles contaminations par le VIH ont été enregistrées dans le pays. Le taux de morbidité s'établit à 43,4 pour 100 000 habitants. Cela représente une hausse de 5% par rapport à 2010", a précisé le chef des services sanitaires, cité par l’AFP.  "Une féminisation de l'épidémie est malheureusement en cours. Dans treize régions de Russie, plus de la moitié des contaminations par le VIH concernent les femmes", a-t-il indiqué. Ce ne sera hélas pas une surprise, mais la consommation de drogues par injection reste le principal vecteur de contamination (57,6% des cas). Il faut dire que les autorités russes ont toujours refusé de conduire une politique de réduction des risques en matière d’usage de drogues (pas de programmes d’échanges de seringues, interdiction d’avoir des aiguilles et des seringues, pas d’accès aux médicaments de substitution… enfin pour accéder aux soins il faut indiquer l’origine de la contamination…). A cela s’ajoute qu’on estime à deux millions de personnes les consommateurs de drogues par injection. Les autorités sanitaires indiquent aussi que "la transmission du virus par voie sexuelle a connu une hausse de 4,5% sur trois ans", pour représenter 39,9% des nouveaux cas en 2011. Toujours selon la même source : depuis 1987 la Russie a enregistré quelque 600 000 cas de personnes contaminées par le VIH, un chiffre qui est très loin de la situation décrite par l'ONUSIDA. L’organisme onusien estime lui que ce sont plutôt 980 000 personnes qui vivraient avec le VIH en Russie.